Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 mai 2017 1 01 /05 /mai /2017 15:19

3 mois de navigation, 2000 miles, c'est trop court pour certains, beaucoup pour d'autres !!!

C'est à Placencia, au Belize, que nous y avons fait notre entrée. C'est un excellent abri et on y a trouvé pas mal de bateaux au mouillage se retrouvant le soir sur le ponton d'un club le soir pour une bière fraiche.


 

L'avitaillement au Belize est assez facile et bien fourni surtout pour ce qui est des légumes, fruits et bien sur langoustes.

Nous Y avons retrouvé Hervé.

Hervé, excellent marin, très bon cuisinier et avec Jérome, spécialiste du petit déjeuner, l'équipage était au TOP.

 

 

Avec Hervé toujours de bonne humeur nous avons navigué de petites îles en îles, entourés de mangrove.

Beaucoup de pavés de coraux disséminés, avec des sondes faibles et une cartographie très approximative et imprécise.

Pour naviguer au Belize je crois que le Crusing guide de Captain Freya Kauscher est incontournable, ses cartes et ses croquis sont forts bien fait.

 

La seule petite réstriction au Belize est l'argent …tous les mouillages dans les réserves au large de la barrière de corail sont payants (10 dollars/jour/par personnes ou 25 la semaine).

Nous avons pu laisser le bateau durant quelques jours à Cucumber Marina, seul port permettant de partir visiter les merveilles à terre. L'entrée est assez étroite et Rock'n Roll  par mauvais temps, avec 2 mètres d'eau de fonds …donc pas pour tous les bateaux. Et  Belize City.Nous avons pu laisser le bateau durant quelques jours à Cucumber Marina, seul port permettant de partir visiter les merveilles à terre. L'entrée est assez étroite et Rock'n Roll  par mauvais temps, avec 2 mètres d'eau de fonds …donc pas pour tous les bateaux. Et  Belize City.Nous avons pu laisser le bateau durant quelques jours à Cucumber Marina, seul port permettant de partir visiter les merveilles à terre. L'entrée est assez étroite et Rock'n Roll  par mauvais temps, avec 2 mètres d'eau de fonds …donc pas pour tous les bateaux. Et  Belize City.

Nous avons pu laisser le bateau durant quelques jours à Cucumber Marina, seul port permettant de partir visiter les merveilles à terre. L'entrée est assez étroite et Rock'n Roll par mauvais temps, avec 2 mètres d'eau de fonds …donc pas pour tous les bateaux. Et Belize City.

Vive les langoustes au Belize. Echange avec les pêcheurs et chasse.Vive les langoustes au Belize. Echange avec les pêcheurs et chasse.

Vive les langoustes au Belize. Echange avec les pêcheurs et chasse.

C' est là que les plongées sont belles, le corail aussi quoique grisé par endroit. Par contre les clubs de plongée sont très américanisés dans leurs tarifs…..Au Belize la navigation comme déjà dit est délicate avec des décalages et des  erreurs sur les cartes. Si vous avez le malheur de vous échouer sur le corail, dégagez vous en vite sans trop ébruiter la chose car nous avons un bon ami qui y a perdu son bateau (et totalement pillé) et qui, pour éviter la geôle a quitté le pays très vite en abandonnant tout ….une très grosse somme ayant été réclamée pour dédommager le corail éventuellement abîmé……….les autorités l'ayant empêché de revenir à bord pour essayer de sauver son bateau …..triste histoire où ces fameuses autorités ne sont pas toujours d'une très grande transparence….

Arrivée sur le site de Tikal

Arrivée sur le site de Tikal

Nous avons pu laisser le bateau durant quelques jours à Cucumber Marina, seul port permettant de partir visiter les merveilles à terre. L'entrée est assez étroite et Rock'n Roll par mauvais temps, avec 2 mètres d'eau de fonds …donc pas pour tous les bateaux.

Nous avons pu aller sur le site de Lamanai avec une pirogue pour y admirer les temples mayas. C'est à ne pas rater et la ballade est splendide, vous y croiserez des groupements de fermes où habitent les Mennonites qui sont de grands travailleurs de la terre, mais là je vous laisse lire les guides !

Lamanaï Parc National, son temple
Lamanaï Parc National, son templeLamanaï Parc National, son temple

Lamanaï Parc National, son temple

Puis ce fut deux jours vers le Guatemala pour visiter, admirer au petit matin le fantastique site de Tikal, émotion garantie, temples exceptionnels entièrement dévoré par la forêt (ou le jaguar vous observe discrètement).

Les restaurations et les découvertes de nouveaux temples semblent infinis. Pour être sûr d'y être au petit matin le mieux est de dormir sur l'île de Flores, bien animée le soir et vraiment pleine de charme, situé à une heure de minibus de Tikal.

Tikal était la capitale d'un état conquérant,  cité maya précolombienne, l'un des royaumes les plus puissants des anciens Mayas.Tikal était la capitale d'un état conquérant,  cité maya précolombienne, l'un des royaumes les plus puissants des anciens Mayas.

Tikal était la capitale d'un état conquérant, cité maya précolombienne, l'un des royaumes les plus puissants des anciens Mayas.

 

Jérome est rentré en France,  Hervé est à bord, notre destination étant Cuba, les vent dominant étant Nord Nord Est, il va falloir tirer des bords. Et bien non, une fenêtre météo se présente bien avec du Sud ….chance à ne pas rater et trois jours plus tard nous serons mouillés à Cayo largo …. à nous les «petites» langoustes

Aussitôt dit aussitôt fait, les douaniers et les chiens renifleurs étant venus à bord nous pouvons repartir vers les cayos moins fréquentées et c'est à Rosario que, comme l'année dernière j'aurais le plaisir de partager un formidable moment de complicité avec les responsables des réserves en leur réparant leur moteur hors bord (ce qu'ils ne pouvaient pas faire par manque d'outils) et pour la joie de l'équipage leur remerciement ne s'est pas fait attendre ….

 

 

 

Un sceau plein de langoustes. Deux jours plus tard c'est à Cayos Cantille qu'Hervé, tout excité, pêchera ses langoustes …bon, vous direz que je ne parle que de cela mais en fait c'est vrai on s'est goinfré de langoustes. J'en ai encore l'eau à la bouche……

Cuba, Le Belize, Guatemala. Cuba, Le Belize, Guatemala.
Cuba, Le Belize, Guatemala. Cuba, Le Belize, Guatemala. Cuba, Le Belize, Guatemala.

Il nous faut maintenant retourner vers Cienfuego car Hervé va devoir reprendre son avion pour la France. Nous passerons ensemble plusieurs jours à Cienfuego où nous sympathiserons, partagerons de nombreux apéros et dîners avec les équipages de deux superbes bateaux, un catamaran d'une trentaine de mètres et un monocoque d'une quarantaine de mètres tout en carbone construit en Nouvelle Zélande il y a deux ans …..

Cuba, belles rencontres, beaux bateaux.

Cuba, belles rencontres, beaux bateaux.

C'est donc à ce même mouillage que j'ai retrouvé mon équipier suivant, Yann qui est lui aussi l’heureux propriétaire du frère de Sea Lance et qui navigue en Grèce. Nous sommes évidement attiré par la gourmandise et retournerons vite dans les Cayos, mais je préfère laisser la plume à Yann afin que ce soit lui qui vous relate ses impressions

Cayo Rosario échange  avec ceux qui vivent sur les Cayos  dans les réserves.Cayo Rosario échange  avec ceux qui vivent sur les Cayos  dans les réserves.

Cayo Rosario échange avec ceux qui vivent sur les Cayos dans les réserves.

Navigations avec YannNavigations avec Yann

Navigations avec Yann

Jérome, Hervé et Yann ont suivi le périple de cette annéeJérome, Hervé et Yann ont suivi le périple de cette annéeJérome, Hervé et Yann ont suivi le périple de cette année

Jérome, Hervé et Yann ont suivi le périple de cette année

« On se retrouve à Cienfuegos le 18 mars .

Des l'arrivée une langouste à l'ail et Didier me confie la cabine du capitaine et un dressing dans la cabine tribord (le plus beau des cadeaux ). On peut commencer plus mal. Le départ se fait de nuit, un bon vent pour aller à cayo largo puis les autres cayos, ou l'on trouve pêcheurs, langoustes, singes, iguanes, dauphins, eau translucide et le temps tranquille. Le passage de la police avec une douanière dont on rêve qu'elle vous fouille et son cocker sniffer de blanche et d'armes. Mais où est on ? Route vers un petit atoll de Belize parce qu’un mauvais grib traîne sur le Honduras. 3 jours en mer, le rythme est là, il y a du vent et moins de vent, le moteur tourne un peu mais nous nous consomme plus que lui ! Puis une pioche en face de Livingston avec les singes hurleurs et le lendemain papier d'entrée au Guatemala .

Ballade magnifique pour remonter le Rio Dulce, un restaurant qui nous propose une bouillabaisse locale et un poisson grillé ...mais les singes étaient en grève . Bivouac dans un bras du fleuve entouré par la jungle, on dîne local, le restaurant tenu par un US man étant assez détéstable. Et nous voilà arrivés dans les eaux de la RAM Marina, pioche dans la vase et on commence le dépistage de sea Lance: génois, trinquette, grande voile . Un peu tous les jours, bien sûr Didier fait cela avec talent et moi ....peut mieux faire et en plus ne connais pas la clef plate, la clef à pipe, la clef à molette, mais la clef anglaise, niente, moi pas savoir !! Alors il y a du boulot pour que ce jeune navigateur soit au niveau !

Que de belles rencontres ici: des couples qui font le tour classique, Daniel l'homme des grands froids, le café de Paris, les couleurs de la ville, les restaurants ......et le bruit permanent des lanchas avec leur Yamaha, les scooters des mers à flinguer, les ventilateurs qui m’éteignent les sons.

Et maintenant, Sea Lance est hors de l'eau, l'échelle est là, de type avion donc pas fuyante (Chantal une grande pensée pour toi, ton courage et ton énergie). Chaud, chaud, chaud tous les jours à la marina même en mer. On est maintenant dans une habitacion climatié quel repos et que c'est bon ! Je baisse un peu le thermostat pour ne pas terminer en inuit .

On part dans deux jours pour le lac Atitlan et Antigua et le 14 avion vers Mexico et Paris .

Belle ballade comme toujours avec des moments très forts, forts, différents .... Mais quel beau souvenir marin, amical et de découverte. Je garderai de ces jours: 18 mars au ...14 avril 2017 )

YANN

 

Donc comme vous le dit Yann nous sommes allés avant le retour en France à nouveau (pour moi) à Antigua. Or l'ambiance y est vraiment différente et absolument fantastique car nous y étions la Semaine Sainte. 

 L’une des caractéristiques propre à Antigua, ce sont ces magnifiques tapis aux couleurs vives, les «alfombras», fabriqués avec de la sciure de bois colorée, des pétales de fleurs séchés et des fruits, pouvant aller jusqu’à dix mètres de long: ils recouvrent les rues pavées. Ces extraordinaires compositions, aux motifs géométriques ou religieux, sont l’œuvre des habitants et de leurs amis qui, comme les touristes du monde entier, viennent admirer ces festivités uniques. Ces décors sont  éphémères.   L’une des caractéristiques propre à Antigua, ce sont ces magnifiques tapis aux couleurs vives, les «alfombras», fabriqués avec de la sciure de bois colorée, des pétales de fleurs séchés et des fruits, pouvant aller jusqu’à dix mètres de long: ils recouvrent les rues pavées. Ces extraordinaires compositions, aux motifs géométriques ou religieux, sont l’œuvre des habitants et de leurs amis qui, comme les touristes du monde entier, viennent admirer ces festivités uniques. Ces décors sont  éphémères.   L’une des caractéristiques propre à Antigua, ce sont ces magnifiques tapis aux couleurs vives, les «alfombras», fabriqués avec de la sciure de bois colorée, des pétales de fleurs séchés et des fruits, pouvant aller jusqu’à dix mètres de long: ils recouvrent les rues pavées. Ces extraordinaires compositions, aux motifs géométriques ou religieux, sont l’œuvre des habitants et de leurs amis qui, comme les touristes du monde entier, viennent admirer ces festivités uniques. Ces décors sont  éphémères.

L’une des caractéristiques propre à Antigua, ce sont ces magnifiques tapis aux couleurs vives, les «alfombras», fabriqués avec de la sciure de bois colorée, des pétales de fleurs séchés et des fruits, pouvant aller jusqu’à dix mètres de long: ils recouvrent les rues pavées. Ces extraordinaires compositions, aux motifs géométriques ou religieux, sont l’œuvre des habitants et de leurs amis qui, comme les touristes du monde entier, viennent admirer ces festivités uniques. Ces décors sont éphémères.

Les rues d'Antigua sont un spectacle étonnant. Tous  les soir il y avait des processions  de Jésus et Marie, de la crucifixion en procession de statues religieuses suivie d'une foule dévote, des pénitents aux pieds nus. Toutes les confréries ne sont pas que religieuses, elles représentent aussi toutes leurs croyances mayas ancestrales.

 

Si vous avez l'occasion d'être à cette période à Antigua c'est un spectacle unique et exceptionnel à ne rater sous aucun prétexte même si la ville est bondée de touristes et de Guatémaltèques ….réservez bien à  l'avance vos hôtels.

Des gardes, des soldats romains ouvrent la marche puis les porteurs des palanquins habillés en bédouins. Décor assez baroque entouré d'anges, de saint et Dieu le père. Les porteurs peuvent être jusqu'à 100, il y a une sorte de pas de danse qui fait chalouper le palanquin.Des gardes, des soldats romains ouvrent la marche puis les porteurs des palanquins habillés en bédouins. Décor assez baroque entouré d'anges, de saint et Dieu le père. Les porteurs peuvent être jusqu'à 100, il y a une sorte de pas de danse qui fait chalouper le palanquin.
Des gardes, des soldats romains ouvrent la marche puis les porteurs des palanquins habillés en bédouins. Décor assez baroque entouré d'anges, de saint et Dieu le père. Les porteurs peuvent être jusqu'à 100, il y a une sorte de pas de danse qui fait chalouper le palanquin.Des gardes, des soldats romains ouvrent la marche puis les porteurs des palanquins habillés en bédouins. Décor assez baroque entouré d'anges, de saint et Dieu le père. Les porteurs peuvent être jusqu'à 100, il y a une sorte de pas de danse qui fait chalouper le palanquin.
Des gardes, des soldats romains ouvrent la marche puis les porteurs des palanquins habillés en bédouins. Décor assez baroque entouré d'anges, de saint et Dieu le père. Les porteurs peuvent être jusqu'à 100, il y a une sorte de pas de danse qui fait chalouper le palanquin.Des gardes, des soldats romains ouvrent la marche puis les porteurs des palanquins habillés en bédouins. Décor assez baroque entouré d'anges, de saint et Dieu le père. Les porteurs peuvent être jusqu'à 100, il y a une sorte de pas de danse qui fait chalouper le palanquin.

Des gardes, des soldats romains ouvrent la marche puis les porteurs des palanquins habillés en bédouins. Décor assez baroque entouré d'anges, de saint et Dieu le père. Les porteurs peuvent être jusqu'à 100, il y a une sorte de pas de danse qui fait chalouper le palanquin.

Quand au lac Atitlan, le paysage et la vue sur les volcans qui l'entourent le décor est époustouflante.

 

Il faut prendre un bateau et en une journée vous pouvez faire le tour du lac en vous arrêtant une heure, voir plus, dans les quatre principaux villages.

 

La seule déception étant tout de même l'invasion des vendeurs de souvenirs pour touristes locaux……Mais tous ces villages ont leurs spécificités et leurs différences. L'un est le rendez vous des « babacoulospeaceandlove » on vous proposera massages zen, méditation, réflexion.

Dans un autre village, ce sera un très beau marché local.

Voilà . Hélas j'ai abrégé cette courte période de navigation de trois mois et demi, ayant tout juste navigué 2000 milles….et l’impression et de ne pas avoir été sur l'eau, mais il fallait absolument rentrer en France afin de soutenir le moral et simplifier la vie de Chantal qui venait de se faire faire une greffe d'os sur sa jambe fracturée l'année dernière. Fracture qui ne s'est pas consolidée toute seule …

Alors à bientôt pour de prochaines navigations. Le bateau est retourné sous sa bâche au Guatemala chez Ram Marina

Repost 0
Published by Beauchene
commenter cet article
10 avril 2017 1 10 /04 /avril /2017 14:21

C'est donc avec l'ami Jérome que nous partons pour un mois au Guatemala pour la remise à l'eau du bateau et la première partie de navigation. C'est quand même drôlement sympa d'avoir un copain qui vous donne la main pour regréer le bateau le remettre à flot. 

(c'était au Guatemala sur le Rio Dulce).

 

Nous avons profité, avant de rejoindre Sea Lance, d'aller faire un peu de tourisme dans cette magnifique petite vielle d'Antigua.

Eviter de devoir faire une étape trop longue à Guatemala City dans son trafic, sa poussière et son vacarme fut une bonne solution …..d'ailleurs je ne connais pas beaucoup d'amis qui aient aimé faire étape dans cette ville.  

Jérome top bricoleur, Hervé à la cambuse et aux langoustes, Yann qui a un frère jumeau, le même bateau.Jérome top bricoleur, Hervé à la cambuse et aux langoustes, Yann qui a un frère jumeau, le même bateau.Jérome top bricoleur, Hervé à la cambuse et aux langoustes, Yann qui a un frère jumeau, le même bateau.

Jérome top bricoleur, Hervé à la cambuse et aux langoustes, Yann qui a un frère jumeau, le même bateau.

Didier se met même à la cuisineDidier se met même à la cuisine

Didier se met même à la cuisine

Après l'avitaillement et les derniers bricolages sous une chaleur caniculaire (impossible d'être actif entre midi et 4 heures de l'après midi ….vraiment trop trop chaud…. Nous sommes partis direction Livingston, à l'embouchure du Rio, afin de faire les traditionnels papiers de sortie en douane.

L'étape ne fut que de quelques heures car il n'est guère recommandé de dormir dans ce coin mais plutôt à quelques 10 miles dans un mouillage plus sécurisé. Certains ayant eu des visites désagréables la nuit à cet endroit …n'est ce pas Antoine!

Repost 0
Published by Beauchene
commenter cet article
8 avril 2017 6 08 /04 /avril /2017 17:18

Les projets et programmes de navigation devaient emmener Sea Lance vers le Belize, la côte Nord de Cuba à La Havane, les Bahamas et la côte Est américaine. Oui mais la jambe fracturée de Chantal, en mai 2016, en avait décidé autrement !Celle ci ne se reconsolidant pas normalement ne permis pas au mousse de Sea Lance de venir jouer les équilibristes sur son pont.

Alors c'est un genre de navigation bien diffèrent qu'il fallait organiser. Des copains allaient venir à bord et le programme serait modifié voir raccourci??

Effectivement lorsque vos copains viennent à bord, ils n'ont pas toujours comme vous le nez vers le large sans calendrier et leur temps peu être limitée.

Puis il faut leur donner des lieux d'embarquement ce qui veut dire que votre programme doit être beaucoup plus précis... pas improvisation (mise à part les impondérables).

Cela a changé pour moi considérablement le rythme de la navigation qui n'était plus un voyage au grès du vent uniquement mais plutôt une navigation programmée, organisée ou le temps devient compté. Depuis 2004 j'avais pris la merveilleuse habitude de naviguer sans trop compter le temps, découvrir les pays et les gens au grès des humeurs, des plaisirs et du vent, sans rendez vous, d'où l'expression bien appropriée « le nez au vent»

 

Réarmement du bateau et mise à l'eau au Rio DulceRéarmement du bateau et mise à l'eau au Rio DulceRéarmement du bateau et mise à l'eau au Rio Dulce

Réarmement du bateau et mise à l'eau au Rio Dulce

Repost 0
Published by Beauchene
commenter cet article
1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 13:00
Joyeuse Année 2017
Repost 0
Published by Beauchene
commenter cet article
13 octobre 2016 4 13 /10 /octobre /2016 10:01

Mar y Pôles au Groenland 2ème partie. Film de Marie

Mar y Pôles au Groenland 1ère partie. Film de Marie

Repost 0
Published by Beauchene
commenter cet article
28 septembre 2016 3 28 /09 /septembre /2016 15:40

Depuis notre départ du bateau en mai, il nous aura fallu être très patient pour la consolidation des méchantes fractures. Je dis « nous » même si c’est surtout Chantal la plus concernée. Avec un moral d’enfer tout devrait s’arranger ......

L’appel du large s´étant terriblement fait sentir je suis parti m’évader une bonne partie du mois d’août pour rejoindre le copain Manu sur « Mar Y Pôles » au Svalbard. Svalbard signifie « pays aux côtes froides »

Glaciers, brume, baleines, fjords, spectacle grandiose.Glaciers, brume, baleines, fjords, spectacle grandiose.

Glaciers, brume, baleines, fjords, spectacle grandiose.

Ce ne fut pas toujours ainsi car il y a 400 millions d’années, l’archipel était situé vers l‘Équateur ! Ah c’est où ça ?? On appel ces Iles aussi les Spitzberg. Vous atterrirez à Longyearbyen à 78°4' nord.

VOYAGE aux Svalbard,  SpitzbergVOYAGE aux Svalbard,  Spitzberg

Le décor est en noir et blanc, les glaciers descendants et fondants dans la mer, le tout recouvert d’une brume fréquente, les mines de charbons sont désaffectées en majorité  avec leurs godets rouillés suspendus à leurs câbles.

VOYAGE aux Svalbard,  SpitzbergVOYAGE aux Svalbard,  SpitzbergVOYAGE aux Svalbard,  Spitzberg

C’est là aussi qu’a été construit dans la profondeur de la  montagne, bien au dessus du niveau de la mer, et plongée  dans le permafrost, un gigantesque entrepôts pour 4,5 milliards d’échantillons de graines des plantes alimentaires provenant de tous les coins du globe afin d’assurer la sécurité alimentaire future du monde entier si le pire devait arriver !!!  

Svalbard est aujourd’hui  essentiellement un centre important de recherche internationale.Svalbard est aujourd’hui  essentiellement un centre important de recherche internationale.

Svalbard est aujourd’hui essentiellement un centre important de recherche internationale.

L’hiver, le décor et  l’ambiance doivent être bien différents, une atmosphère de ski, de chiens de traîneaux (il y a de très nombreux chiens dans des chenils et des traîneaux qui attendent  la saison hivernale).  En sortant de la baie nous aurons la chance de voir  de loin un ours et son  bébé, ce sera la seul fois car notre navigation va vers le sud et les ours ainsi que les morses se trouvent plus au nord de l’archipel par contre nous avons  à  de nombreuses occasions cru voir ces grands mammifères, hélas ce n’était que des « CAILLOURS »

VOYAGE aux Svalbard,  SpitzbergVOYAGE aux Svalbard,  Spitzberg

Notre navigation nous amène à Barensbourg, station minière soviétique royalement austère....seul une petite église  orthodoxe vient narguer le buste de Lénine !!! Il y a ici environ 500 habitants respirant un coin d’ambiance russe...

Continuons notre navigation, Bellsund, reste d’un glacier fondant ...., Hornsound, Horntolddream ..(j’ai vérifié l’orthographe, oups !) et beaucoup de brume et de crachin nettement plus frais qu´en Bretagne, mouillage au fond du fjord, juste au tombant du glacier.

VOYAGE aux Svalbard,  SpitzbergVOYAGE aux Svalbard,  Spitzberg

Nous allons chercher sur les growlers un morceau de glace, de plusieurs milliers d’années, afin de frapper le champagne et plus tard rafraîchir le Pastis.

VOYAGE aux Svalbard,  SpitzbergVOYAGE aux Svalbard,  Spitzberg

Apres avoir bien tourné en annexe juste tout près du glacier nous repartirons mouiller vers la « Polish Polar Station  (25 personnes y travaillent l’été et 11  l’hiver). Nous leur rendons visite, le Capitaine Manu avait un très fort désir de disputer avec eux les championnats du monde de pétanque entre la base polonaise et  l’équipage du bateau mais l’austérité dans la base avait l’air de mise, pourtant nous étions arrivés avec une bouteille de whisky et une de vin et nous dûmes partager avec eux le « teatime ». Vous avouerez que ceci  n’a pas du tout le même goût et puis nos histoires de pétanque non plus n’ont pas eu l’air de les exciter car nous avons finalement tapé la boule, sous le crachin, entre nous. Le lendemain par contre nous avons vu les mêmes Polonais sur les bords d’une plage en train de se baigner dans cette délicieuse mer à 3 degrés (là je présume  que c’était la  vodka qui réchauffait leur sang)

VOYAGE aux Svalbard,  SpitzbergVOYAGE aux Svalbard,  SpitzbergVOYAGE aux Svalbard,  Spitzberg
VOYAGE aux Svalbard,  SpitzbergVOYAGE aux Svalbard,  SpitzbergVOYAGE aux Svalbard,  Spitzberg
VOYAGE aux Svalbard,  SpitzbergVOYAGE aux Svalbard,  Spitzberg

Nous avons quitté ces superbes glaciers  pour  descendre dans la mer de Barents vers les Westeralen et  Lofoten. C’est à peu prêt à mi parcours, vers le sud, que nous avons retrouvé un début de nuit et eu droit à un double rayon vert au coucher du soleil, ce fut magnifique ! Petit à petit le compas se remis à fonctionner.

La traversée fut une délicieuse balade de 450 milles avec 15/20 nœud de vent, un véritable régal, puis nous voici louvoyant dans les fjords somptueux du nord de la Norvège avec tous les jours un ou deux arrêts. Trollfjorden  est très connu des touristes de passage, Svolvaer, Reine, des petits villages aux maisons colorées, aux séchoirs à morue le tout dans une propreté et une sécurité enviable.

VOYAGE aux Svalbard,  SpitzbergVOYAGE aux Svalbard,  SpitzbergVOYAGE aux Svalbard,  Spitzberg
VOYAGE aux Svalbard,  SpitzbergVOYAGE aux Svalbard,  Spitzberg

J’ai absolument adoré cette navigation dans les Lofoten mais il y a un moment où il faut rentrer et c’est à Bodo que j’ai quitté le bord de Mar Y Pole plein de belles images dans la tête, de bons souvenirs et de bons moments de  rigolades à bord, alors à la prochaine fois sur Mar Y Pole.

 

Manu, Didier et Mar Y PôlesManu, Didier et Mar Y Pôles
Manu, Didier et Mar Y PôlesManu, Didier et Mar Y Pôles

Manu, Didier et Mar Y Pôles

Repost 0
Published by Beauchene
commenter cet article
1 juin 2016 3 01 /06 /juin /2016 16:38
Livingston entrée du Rio Dulce.
Livingston entrée du Rio Dulce.

Du Honduras nous faisons un stop sur la côte avant d’arriver à Livingston du Guatemala.

L'accès à l'embouchure du Rio est délicat par la présence d'une barre en période de petites marrées, même si elles ne sont pas importantes. Les bateaux de grands tirants d'eau attendent la marée haute et les grandes marées (pour récupérer 20 à 30 cm) ou bien ils chalutent dans la vase ou encore se font remorquer par des pêcheurs en faisant giter le bateau afin de pouvoir passer cette barre. C'est folklo.

C'est Raul Veliz, jovial agent douanier qui nous prépare les papiers et fera la prolongation du visa lorsque nous serons en France. l'extension peut aller jusqu'à un an.

Singulier village où l’on accède uniquement en lanchas. Une légende dis que la capitaine du bateau qui a découvert Livingston, Marcos Sanchez Diaz, avait un pouvoir surnaturel et fit disparaître tous les moustiques, mouches et insectes. Les Garifunas (mangeurs de manioc), métissage entre esclaves africains et Arawaks subissent aujourd'hui les mêmes discriminations que les amérindiens. Nous ne sommes restés que quelques heures, le temps de faire notre entrée et n'avons donc pas pu profiter de leur culture traditionnelle et surtout de leur musique. En tous cas cela sent bien mauvais et le degré de pollution à l’air assez record.

L'arrivée sur le Rio Dulce nous rappele le fleuve Amazone, végétation dense, grands arbres, bruine, cabannes au bord de l'eau, pirogues dans le contre courant, singes hurlants et cris d'oiseaux. L'arrivée sur le Rio Dulce nous rappele le fleuve Amazone, végétation dense, grands arbres, bruine, cabannes au bord de l'eau, pirogues dans le contre courant, singes hurlants et cris d'oiseaux. L'arrivée sur le Rio Dulce nous rappele le fleuve Amazone, végétation dense, grands arbres, bruine, cabannes au bord de l'eau, pirogues dans le contre courant, singes hurlants et cris d'oiseaux.

L'arrivée sur le Rio Dulce nous rappele le fleuve Amazone, végétation dense, grands arbres, bruine, cabannes au bord de l'eau, pirogues dans le contre courant, singes hurlants et cris d'oiseaux.

la vie du fleuve, pêcheurs de crevettes et d'écrevisses, enfants venant vendre des fruits,  les familles qui se lavent dans l'eau douce ou les enfants qui y jouent, une vie calme, pleine de douceur où les bruits de la nature envahissent l'espace..la vie du fleuve, pêcheurs de crevettes et d'écrevisses, enfants venant vendre des fruits,  les familles qui se lavent dans l'eau douce ou les enfants qui y jouent, une vie calme, pleine de douceur où les bruits de la nature envahissent l'espace..la vie du fleuve, pêcheurs de crevettes et d'écrevisses, enfants venant vendre des fruits,  les familles qui se lavent dans l'eau douce ou les enfants qui y jouent, une vie calme, pleine de douceur où les bruits de la nature envahissent l'espace..

la vie du fleuve, pêcheurs de crevettes et d'écrevisses, enfants venant vendre des fruits, les familles qui se lavent dans l'eau douce ou les enfants qui y jouent, une vie calme, pleine de douceur où les bruits de la nature envahissent l'espace..

Guatemala.Guatemala.Guatemala.

Comme toujours, nous avons l'envie d'arriver, l'envie de profiter de ces moments sereins, la boulimie des images plein les yeux, le bonheur de profiter.

C'est un moment d’excitation et de stress car en arrière il y a la "todoliste" de la préparation de l'hivernage du bateau, du retour en France et des obligations terrestres à notre retour. Déjà dans la tête le voyage de l'année suivante et sa préparation. l'année prochaine il va falloir changer l'annexe qui a dix ans et de petites faiblesses, trouver la raison de cette alarme de moteur qui nous a soucié.

Mais qu'est ce qu'ils ont comme soucis ces voyageurs!!!!! les terriens, vous avez le droit de vous moquer.

Le Rio Dulce se trouve bien en pleine zone cyclonique, mais les mouillages se trouvet à 35 km dans les terres ce qui fait que c'est un magnifique trou à cyclone protégé par les chaînes de montagne. A l'approche du pont on voit de nombreux mâts sur les deux rives. Il y a des petites marinas dans tous les coins, entre des arbres, dans les bras du rio, dans les callanques avec quelques bateaux accrochés sur un ponton en bois ou au mouillage. 2,3 grandes marinas peuvent sortir les bateaux de l'eau et les parquer sur le tarmac. Nous irons chez RAM Marina qui a un service parfait,  un accueil chalereux et quasiment tous les services professionnels des marinas. KAREN, la manager de la Marina, est d'une gentillesse, d'une attention et d'une efficacité remarquable. La préparation du bateau en eau douce est très confortable, nettoyage et rinçage des moteurs, des voiles, du bateau se fait avec l'eau du Rio. Comme c'est facile et quel gain de travail.Le Rio Dulce se trouve bien en pleine zone cyclonique, mais les mouillages se trouvet à 35 km dans les terres ce qui fait que c'est un magnifique trou à cyclone protégé par les chaînes de montagne. A l'approche du pont on voit de nombreux mâts sur les deux rives. Il y a des petites marinas dans tous les coins, entre des arbres, dans les bras du rio, dans les callanques avec quelques bateaux accrochés sur un ponton en bois ou au mouillage. 2,3 grandes marinas peuvent sortir les bateaux de l'eau et les parquer sur le tarmac. Nous irons chez RAM Marina qui a un service parfait,  un accueil chalereux et quasiment tous les services professionnels des marinas. KAREN, la manager de la Marina, est d'une gentillesse, d'une attention et d'une efficacité remarquable. La préparation du bateau en eau douce est très confortable, nettoyage et rinçage des moteurs, des voiles, du bateau se fait avec l'eau du Rio. Comme c'est facile et quel gain de travail.

Le Rio Dulce se trouve bien en pleine zone cyclonique, mais les mouillages se trouvet à 35 km dans les terres ce qui fait que c'est un magnifique trou à cyclone protégé par les chaînes de montagne. A l'approche du pont on voit de nombreux mâts sur les deux rives. Il y a des petites marinas dans tous les coins, entre des arbres, dans les bras du rio, dans les callanques avec quelques bateaux accrochés sur un ponton en bois ou au mouillage. 2,3 grandes marinas peuvent sortir les bateaux de l'eau et les parquer sur le tarmac. Nous irons chez RAM Marina qui a un service parfait, un accueil chalereux et quasiment tous les services professionnels des marinas. KAREN, la manager de la Marina, est d'une gentillesse, d'une attention et d'une efficacité remarquable. La préparation du bateau en eau douce est très confortable, nettoyage et rinçage des moteurs, des voiles, du bateau se fait avec l'eau du Rio. Comme c'est facile et quel gain de travail.

De chaque côté du pont, deux villages; Fronteras et El Relleno. La nationale, seule route dans cette région, relie Guatemala City à Flores, toutes les autres connexions se font par bateauxDe chaque côté du pont, deux villages; Fronteras et El Relleno. La nationale, seule route dans cette région, relie Guatemala City à Flores, toutes les autres connexions se font par bateaux

De chaque côté du pont, deux villages; Fronteras et El Relleno. La nationale, seule route dans cette région, relie Guatemala City à Flores, toutes les autres connexions se font par bateaux

Seule étroite nationale qui traverse Fronteras, train de camions, tuck-tuck, piétons, petits commerçants.... c'est un capharnaüm, de bruits, de monde, d'encombrement. Nous avons un peu le tournis.Seule étroite nationale qui traverse Fronteras, train de camions, tuck-tuck, piétons, petits commerçants.... c'est un capharnaüm, de bruits, de monde, d'encombrement. Nous avons un peu le tournis.

Seule étroite nationale qui traverse Fronteras, train de camions, tuck-tuck, piétons, petits commerçants.... c'est un capharnaüm, de bruits, de monde, d'encombrement. Nous avons un peu le tournis.

Petite "Mer Douille" juste avant de partir. Nous sortons le bateau, instalons l'échelle pour monter à bord et Chantal a glissé avec l'échelle!!!!  Une petite chute, avec triple fracture ouverte jambe et cheville, du bateau sur le tarmac. Nous sommes partis en ambulance jusqu'à Puerto Barrios et un orthopédiste a fait deux interventions dans l'hopital privé. Nous rentrons  en France accompagnés par l'assistance, la jambe à l'horizontale.  Karen, de la Marina, nous a accompagnée dans les démarches médicales, les conseils de l'hopital de Puerto Barrios et  du chirurgien orthopédiste, elle  a toujours été présente ces quelques jours compliqués par l'urgence et l'inconnu de ce pays.  Maintenant patience et consolidation pour repartir.
Petite "Mer Douille" juste avant de partir. Nous sortons le bateau, instalons l'échelle pour monter à bord et Chantal a glissé avec l'échelle!!!!  Une petite chute, avec triple fracture ouverte jambe et cheville, du bateau sur le tarmac. Nous sommes partis en ambulance jusqu'à Puerto Barrios et un orthopédiste a fait deux interventions dans l'hopital privé. Nous rentrons  en France accompagnés par l'assistance, la jambe à l'horizontale.  Karen, de la Marina, nous a accompagnée dans les démarches médicales, les conseils de l'hopital de Puerto Barrios et  du chirurgien orthopédiste, elle  a toujours été présente ces quelques jours compliqués par l'urgence et l'inconnu de ce pays.  Maintenant patience et consolidation pour repartir. Petite "Mer Douille" juste avant de partir. Nous sortons le bateau, instalons l'échelle pour monter à bord et Chantal a glissé avec l'échelle!!!!  Une petite chute, avec triple fracture ouverte jambe et cheville, du bateau sur le tarmac. Nous sommes partis en ambulance jusqu'à Puerto Barrios et un orthopédiste a fait deux interventions dans l'hopital privé. Nous rentrons  en France accompagnés par l'assistance, la jambe à l'horizontale.  Karen, de la Marina, nous a accompagnée dans les démarches médicales, les conseils de l'hopital de Puerto Barrios et  du chirurgien orthopédiste, elle  a toujours été présente ces quelques jours compliqués par l'urgence et l'inconnu de ce pays.  Maintenant patience et consolidation pour repartir.

Petite "Mer Douille" juste avant de partir. Nous sortons le bateau, instalons l'échelle pour monter à bord et Chantal a glissé avec l'échelle!!!! Une petite chute, avec triple fracture ouverte jambe et cheville, du bateau sur le tarmac. Nous sommes partis en ambulance jusqu'à Puerto Barrios et un orthopédiste a fait deux interventions dans l'hopital privé. Nous rentrons en France accompagnés par l'assistance, la jambe à l'horizontale. Karen, de la Marina, nous a accompagnée dans les démarches médicales, les conseils de l'hopital de Puerto Barrios et du chirurgien orthopédiste, elle a toujours été présente ces quelques jours compliqués par l'urgence et l'inconnu de ce pays. Maintenant patience et consolidation pour repartir.

Alors ATTACHONS LES ECHELLES DES QUE LE BATEAU EST SORTI DE L'EAU,

ce que nous avons toujours fait, sauf....ce jour là !!!!!

Pour le petit Playmobile, c'est la même jambe, mais il à quand même moins de chance que la "Mouss"

Repost 0
Published by Beauchene
commenter cet article
6 mars 2016 7 06 /03 /mars /2016 15:11
les compagnons de traversées
les compagnons de traversées

Nos visas de Cuba ont expirés et nous partons pour le Guatemala.

Papier de sortie fait nous faisons une petite halte en cours de route dans un endroit isolé et décidons à la dernière minute de passer par le Honduras. Mer d’abord bien agitée puis pétole et brise Volvo pendant des heures avec l'alarme moteur qui somme quasiment sans arrêt (nous pensions avoir trouvé la raison de cet alarme: pb de pression d'huile, circulation d'eau de mer insuffisante à cause des méduses dans le filtre, impeller changé ou pb électrique????).

En arrivant au Honduras nous faisons notre entrée quand le douanier nous dit qu’il y a un problème ??? En fait nous avions indiqué à notre départ de Cuba, que notre prochaine destination était Le Guatemala. Palabres, téléphone… nous expliquons que nous avons un problème de moteur, que le moteur chauffe et que nous devons changer la sonde, peut être changer l’impeller, faire la vidange ou trouver la cause électrique au risque d’endommager notre moteur.

Après palabres avec les autorités, nous sommes accueillis au Honduras.

Guanaja, la capitale, elle est installée sur une île minuscule de la grande île, son centre est de terre ferme et le tour assez large est sur pilotis. Il y avait tant de moustiques et nonos qu'ils ont déplacé ce village sur cette petite île.  Cette ville est très animée à l'époque où la pêche à la langouste est autorisée.Guanaja, la capitale, elle est installée sur une île minuscule de la grande île, son centre est de terre ferme et le tour assez large est sur pilotis. Il y avait tant de moustiques et nonos qu'ils ont déplacé ce village sur cette petite île.  Cette ville est très animée à l'époque où la pêche à la langouste est autorisée.
Guanaja, la capitale, elle est installée sur une île minuscule de la grande île, son centre est de terre ferme et le tour assez large est sur pilotis. Il y avait tant de moustiques et nonos qu'ils ont déplacé ce village sur cette petite île.  Cette ville est très animée à l'époque où la pêche à la langouste est autorisée.Guanaja, la capitale, elle est installée sur une île minuscule de la grande île, son centre est de terre ferme et le tour assez large est sur pilotis. Il y avait tant de moustiques et nonos qu'ils ont déplacé ce village sur cette petite île.  Cette ville est très animée à l'époque où la pêche à la langouste est autorisée.

Guanaja, la capitale, elle est installée sur une île minuscule de la grande île, son centre est de terre ferme et le tour assez large est sur pilotis. Il y avait tant de moustiques et nonos qu'ils ont déplacé ce village sur cette petite île. Cette ville est très animée à l'époque où la pêche à la langouste est autorisée.

On parle majoritairement anglais sur ces îles bien que l'espagnol soit la norme sur le continent. Un héritage de la colonisation britanique.  Les honduriens sont métissés, d'origine espagnole et indienne.On parle majoritairement anglais sur ces îles bien que l'espagnol soit la norme sur le continent. Un héritage de la colonisation britanique.  Les honduriens sont métissés, d'origine espagnole et indienne.

On parle majoritairement anglais sur ces îles bien que l'espagnol soit la norme sur le continent. Un héritage de la colonisation britanique. Les honduriens sont métissés, d'origine espagnole et indienne.

Honduras c’est magnifique, la barrière de corail est très belle, le dernier ouragan Mitch remonte à 17 ans et a détruit 80% l'île, le corail a repris vie et a végétation ses droits depuis 1998. La barrière de corail est très importante, l’eau est très claire et simplement avec un masque et un tuba c’est sublime. Cela nous rassure pour les autres endroits de la mer des Caraïbes où le corail est si abimé par les cyclones. Nous redécouvrons le dollar, les supermarchés plein de tout et même des yaourts nature sans sucre, c’est fou nous sommes ébahis. La vie y est assez cher, c’est une destination économique disent-ils pour les stages de plongée, plein de jeunes.

HondurasHonduras
HondurasHonduras

Roatan et Utila, lieux phares de la plongée. Charmante petite ile où les club de plongée se succèdent, où les jeunes déambulent et se promènent en quad.

HondurasHonduras
Honduras

Du Honduras nous faisons un stop sur la côte avant d’arriver à Livingston du Guatemala

Repost 0
Published by Beauchene
commenter cet article
5 mars 2016 6 05 /03 /mars /2016 16:31
Cayo Campo avec Papu et Roland
Cayo Campo avec Papu et Roland

Le Cayos largo, cette année aura été un peu charter familiale et les rendez vous pas toujours faciles. Des billets d’avions acheté en France ne peuvent être utilisé car la compagnie ne fait plus la liaison, des billets achetés sur place ne sont délivrés que quelques heures avant car on ne sait jamais si en fait il y a l’avion ou s’il est cloué au sol pour raisons mécaniques. Il faudra s’armer de patience, réclamer, attendre le bon vouloir de … qui ? de… quoi ?? Mais pour se retrouver et organiser la suite du voyage cela peut devenir un vrai casse tête et ce fut le cas plusieurs fois.

Quelle récompense d’arriver à Cayo Largo, nous nous demandons si nous sommes encore à Cuba ou sur une Ile des Caraïbes, du sable blanc à perte de vue, des eaux turquoises, des fonds magnifiques.. et envahie de touristes de toutes nationalités (sauf les asiatiques). Les cubains n'ont pas les moyens de prendre des vacances comme les occidentaux.

Cuba, Cayo largo.Cuba, Cayo largo.Cuba, Cayo largo.

C’est là que nous pouvons naviguer dans 2 mètres d’eau, nager dans des eaux incroyablement claires, poissonneuses et coralliennes, où les langoustes ont élues domicile à tous les coins de patates et sous les plaques posées par les pêcheurs pour les attirer (ils déposent au fond de l’eau des palettes, les langoustes viennent s’y cacher et lorsqu’on soulève ces palettes les langoustes sortent de tous côté)

Cuba, Cayo largo.Cuba, Cayo largo.Cuba, Cayo largo.

Les pêcheurs viennent pour la nuit s’ancrer près du bateau et viennent nous accueillir chez eux, chargés de langoustes et poisson. Il n’attendent rien en échange, juste un peu parler et bien entendu il s’effectue une sorte de troc et nous les comblons de petits cadeaux. Pas d’histoire d’argent et impossible de refuser ce serait un déshonneur. Nous ne vous disons même pas mais nous avons du faire des conserves de langoustes pour nos prochaines navigations, tant nous en avons eu.

Les cayos sont dans une zone de réserve naturelle. Sur chaque cayo il y  3 gardiens à terre qui y vivent  et qui sont relayés tous les mois. Leur tâhe princiale  est l'entretien et la surveillance contre le braconage  de crocodile, macaque et "jutias" (entre marmotte et rat). Ils sont totalement autonome, vivent de la pêche, les langoustes, de cochons et poules. Il ont de l'eau grace à des puits d'eau douce ou saumatre.  Nous avons partagé des moments inoublables avec eux.  Impossible de refuser leur accueil et nous restons déjeuner avec eux, nous n’avions que 3 langoustes par personne. Bien sur nous avons prtagé ce que nous avions avec ce qu'ils avaient. On n'a plus envie de repartir.Les cayos sont dans une zone de réserve naturelle. Sur chaque cayo il y  3 gardiens à terre qui y vivent  et qui sont relayés tous les mois. Leur tâhe princiale  est l'entretien et la surveillance contre le braconage  de crocodile, macaque et "jutias" (entre marmotte et rat). Ils sont totalement autonome, vivent de la pêche, les langoustes, de cochons et poules. Il ont de l'eau grace à des puits d'eau douce ou saumatre.  Nous avons partagé des moments inoublables avec eux.  Impossible de refuser leur accueil et nous restons déjeuner avec eux, nous n’avions que 3 langoustes par personne. Bien sur nous avons prtagé ce que nous avions avec ce qu'ils avaient. On n'a plus envie de repartir.Les cayos sont dans une zone de réserve naturelle. Sur chaque cayo il y  3 gardiens à terre qui y vivent  et qui sont relayés tous les mois. Leur tâhe princiale  est l'entretien et la surveillance contre le braconage  de crocodile, macaque et "jutias" (entre marmotte et rat). Ils sont totalement autonome, vivent de la pêche, les langoustes, de cochons et poules. Il ont de l'eau grace à des puits d'eau douce ou saumatre.  Nous avons partagé des moments inoublables avec eux.  Impossible de refuser leur accueil et nous restons déjeuner avec eux, nous n’avions que 3 langoustes par personne. Bien sur nous avons prtagé ce que nous avions avec ce qu'ils avaient. On n'a plus envie de repartir.
Les cayos sont dans une zone de réserve naturelle. Sur chaque cayo il y  3 gardiens à terre qui y vivent  et qui sont relayés tous les mois. Leur tâhe princiale  est l'entretien et la surveillance contre le braconage  de crocodile, macaque et "jutias" (entre marmotte et rat). Ils sont totalement autonome, vivent de la pêche, les langoustes, de cochons et poules. Il ont de l'eau grace à des puits d'eau douce ou saumatre.  Nous avons partagé des moments inoublables avec eux.  Impossible de refuser leur accueil et nous restons déjeuner avec eux, nous n’avions que 3 langoustes par personne. Bien sur nous avons prtagé ce que nous avions avec ce qu'ils avaient. On n'a plus envie de repartir.Les cayos sont dans une zone de réserve naturelle. Sur chaque cayo il y  3 gardiens à terre qui y vivent  et qui sont relayés tous les mois. Leur tâhe princiale  est l'entretien et la surveillance contre le braconage  de crocodile, macaque et "jutias" (entre marmotte et rat). Ils sont totalement autonome, vivent de la pêche, les langoustes, de cochons et poules. Il ont de l'eau grace à des puits d'eau douce ou saumatre.  Nous avons partagé des moments inoublables avec eux.  Impossible de refuser leur accueil et nous restons déjeuner avec eux, nous n’avions que 3 langoustes par personne. Bien sur nous avons prtagé ce que nous avions avec ce qu'ils avaient. On n'a plus envie de repartir.Les cayos sont dans une zone de réserve naturelle. Sur chaque cayo il y  3 gardiens à terre qui y vivent  et qui sont relayés tous les mois. Leur tâhe princiale  est l'entretien et la surveillance contre le braconage  de crocodile, macaque et "jutias" (entre marmotte et rat). Ils sont totalement autonome, vivent de la pêche, les langoustes, de cochons et poules. Il ont de l'eau grace à des puits d'eau douce ou saumatre.  Nous avons partagé des moments inoublables avec eux.  Impossible de refuser leur accueil et nous restons déjeuner avec eux, nous n’avions que 3 langoustes par personne. Bien sur nous avons prtagé ce que nous avions avec ce qu'ils avaient. On n'a plus envie de repartir.

Les cayos sont dans une zone de réserve naturelle. Sur chaque cayo il y 3 gardiens à terre qui y vivent et qui sont relayés tous les mois. Leur tâhe princiale est l'entretien et la surveillance contre le braconage de crocodile, macaque et "jutias" (entre marmotte et rat). Ils sont totalement autonome, vivent de la pêche, les langoustes, de cochons et poules. Il ont de l'eau grace à des puits d'eau douce ou saumatre. Nous avons partagé des moments inoublables avec eux. Impossible de refuser leur accueil et nous restons déjeuner avec eux, nous n’avions que 3 langoustes par personne. Bien sur nous avons prtagé ce que nous avions avec ce qu'ils avaient. On n'a plus envie de repartir.

Cayo Rosario, l'axe du moteur est réparé. Que nous y sommes bien.Cayo Rosario, l'axe du moteur est réparé. Que nous y sommes bien.Cayo Rosario, l'axe du moteur est réparé. Que nous y sommes bien.

Cayo Rosario, l'axe du moteur est réparé. Que nous y sommes bien.

Cuba, Cayo largo.Cuba, Cayo largo.Cuba, Cayo largo.

Une autre fois en arrivant nous retrouvons un garçon que nous avions déjà rencontré et celui ci essayait de réparer l’hélice de leur bateau. Nous sommes revenus avec perceuse, goupilles et de quoi bricoler. Avec deux mains, en quelques minutes le bateau était en état de marche. Chacun rentrant chez soi pour la soirée. Une heure plus tard ils revenaient à bord, le bateau plein de langoustes et poisson pour les trois bateaux qui étaient au mouillage. Oui c’est bien grâce à notre matériel que leur bateau remarche et ils ont une reconnaissance absolue. A chacun de nos passages nous avons été accueilli comme des rois. Dur de partir d’un tel endroit.

Cuba, Cayo largo.Cuba, Cayo largo.Cuba, Cayo largo.

Nous retournons à Cienfuego pour déposer nos enfants et lorsque nous mettons l’ancre à l'eau, celle ci se détache, un grand « ploc », des éclaboussures et une chaîne toute molle sans rien au bout. Une pirouette pour mettre une autre ancre et décider de ce que nous allons faire. La Rocna de 33 kilos est par 6 mètres de fond. Dans l’excitation nous ne sommes pas exactement certain de l'exactitude de sa position et les fonds sont si sales qu’on ne voit pas le fond. Chacun estime sa position et nous délimitons un quadrillage pour faire plonger le lendemain matin quelqu’un. Après une matinée infructueuse nous nous concertons et décidons que c’est un peu plus en arrière de ce quadrillage. Le lendemain il la retrouvera rapidement. Ouff le capitaine était bien ennuyé car cette ancre ne nous a jamais fait défaut. Nous avions une attache sophistiquée et solide, la sécurité du manillon à cassé et le manillon à laissé s’échapper l’ancre. Tout est à poste actuellement.

Cette ancre Rocna de 33 kilos est la meilleure que nous n'ayons jamais eu. La manille pivotante est d'une qualité extraordinaire.  Il y aurait juste une sécurité qui bloque le manillon qui a du se casser. On sait, pour l'avoir expérimenté que l'inox se casse comme du verre quand il en a décidé. Cette ancre Rocna de 33 kilos est la meilleure que nous n'ayons jamais eu. La manille pivotante est d'une qualité extraordinaire.  Il y aurait juste une sécurité qui bloque le manillon qui a du se casser. On sait, pour l'avoir expérimenté que l'inox se casse comme du verre quand il en a décidé. Cette ancre Rocna de 33 kilos est la meilleure que nous n'ayons jamais eu. La manille pivotante est d'une qualité extraordinaire.  Il y aurait juste une sécurité qui bloque le manillon qui a du se casser. On sait, pour l'avoir expérimenté que l'inox se casse comme du verre quand il en a décidé.

Cette ancre Rocna de 33 kilos est la meilleure que nous n'ayons jamais eu. La manille pivotante est d'une qualité extraordinaire. Il y aurait juste une sécurité qui bloque le manillon qui a du se casser. On sait, pour l'avoir expérimenté que l'inox se casse comme du verre quand il en a décidé.

Cuba n’est pas une destination facile pour tout le monde. Pour notre part nous avons adoré y rester deux mois et demie. Il faut faire prolonger son visa chaque mois, dire d’où nous venons et où nous irons, l’avitaillement n’est pas très simple mais il y a la pêche. En fait on trouve fruits, légumes, pain, lait, etc quand le bateau est passé et quand les commerces ont mit à la vente ce qui est arrivé. c'est fréquent passer 5 jours avec un magasin vide de chez vide. Il faut avoir absolument tout prévu avant d’arriver à Cuba.

« Cuba time » est une devise obligatoire, s’asseoir, attendre, ne pas faire trop de remous et être très gentil aide à obtenir ce que l’on cherche … pas toujours. S’armer de patience, les regarder faire la queue pour tout, devant les magasins, les banque, les administrations. C’est eux qui décident et pas VOUS.« Cuba time » est une devise obligatoire, s’asseoir, attendre, ne pas faire trop de remous et être très gentil aide à obtenir ce que l’on cherche … pas toujours. S’armer de patience, les regarder faire la queue pour tout, devant les magasins, les banque, les administrations. C’est eux qui décident et pas VOUS.« Cuba time » est une devise obligatoire, s’asseoir, attendre, ne pas faire trop de remous et être très gentil aide à obtenir ce que l’on cherche … pas toujours. S’armer de patience, les regarder faire la queue pour tout, devant les magasins, les banque, les administrations. C’est eux qui décident et pas VOUS.

« Cuba time » est une devise obligatoire, s’asseoir, attendre, ne pas faire trop de remous et être très gentil aide à obtenir ce que l’on cherche … pas toujours. S’armer de patience, les regarder faire la queue pour tout, devant les magasins, les banque, les administrations. C’est eux qui décident et pas VOUS.

Nos visas expirent et nous partons pour le Guatemala

Repost 0
Published by Beauchene
commenter cet article
4 mars 2016 5 04 /03 /mars /2016 08:55
Cuba, Trinidad.

Trinidad, elle nous reconduit à ses origines d’un bourg agricole dans ces années de la colonisation espagnoles et de ses richesses grâce à la canne à sucre.

Vieilles maisons basses colorées aux toits de tuiles et aux grilles majestueuses, aux fenêtres où des barreaux de bois colorés laissent les courants d’air rafraichir les patios (climatisation naturelle), c'est une merveille esthétique.

Sol Ananda est une maison familiale qui a été transformée en restaurant, c'est une maison typique des années des richesses espagnoles, lustre en cristal, assiétes en porcelaine dorées ou de Sevre, couverts  et  ronds de serviettes en argent , cuisine des spécialités cubaines. On déjeune ou dîne dans toutes les pièces de la maison, la cave à vin est sur un lit dans une chambre, les plafonds sont en cèdre très travaillés, les meubles de l'époque et lits d'origine sont restés à leurs place dan les chambres. Quel art! Sol Ananda est une maison familiale qui a été transformée en restaurant, c'est une maison typique des années des richesses espagnoles, lustre en cristal, assiétes en porcelaine dorées ou de Sevre, couverts  et  ronds de serviettes en argent , cuisine des spécialités cubaines. On déjeune ou dîne dans toutes les pièces de la maison, la cave à vin est sur un lit dans une chambre, les plafonds sont en cèdre très travaillés, les meubles de l'époque et lits d'origine sont restés à leurs place dan les chambres. Quel art! Sol Ananda est une maison familiale qui a été transformée en restaurant, c'est une maison typique des années des richesses espagnoles, lustre en cristal, assiétes en porcelaine dorées ou de Sevre, couverts  et  ronds de serviettes en argent , cuisine des spécialités cubaines. On déjeune ou dîne dans toutes les pièces de la maison, la cave à vin est sur un lit dans une chambre, les plafonds sont en cèdre très travaillés, les meubles de l'époque et lits d'origine sont restés à leurs place dan les chambres. Quel art!

Sol Ananda est une maison familiale qui a été transformée en restaurant, c'est une maison typique des années des richesses espagnoles, lustre en cristal, assiétes en porcelaine dorées ou de Sevre, couverts et ronds de serviettes en argent , cuisine des spécialités cubaines. On déjeune ou dîne dans toutes les pièces de la maison, la cave à vin est sur un lit dans une chambre, les plafonds sont en cèdre très travaillés, les meubles de l'époque et lits d'origine sont restés à leurs place dan les chambres. Quel art!

Les maisons laissent leurs volets ouverts et vous pouvez laisser votre regard s’échapper à travers ces barrots de bois colorés ou barreaux d'acier peints.

Cuba, Trinidad.Cuba, Trinidad.
Cuba, Trinidad.Cuba, Trinidad.

Dans ces maisons d’un charme fou, on trouve un enfant accroché aux barreaux des fenêtres sans vitre, un homme assis sur les marches de sa demeure à regarder les passants, un homme avec sa mule qui transporte des marchandises ou une livraison, un musicien sa contrebasse dans les bras....... et nous, nous restons ouvert à tout ce que nous recevons.

Les rues sont pavées de cailloux chauves et les carrioles à cheval font chanter leurs sabots.Les rues sont pavées de cailloux chauves et les carrioles à cheval font chanter leurs sabots.
Les rues sont pavées de cailloux chauves et les carrioles à cheval font chanter leurs sabots.Les rues sont pavées de cailloux chauves et les carrioles à cheval font chanter leurs sabots.

Les rues sont pavées de cailloux chauves et les carrioles à cheval font chanter leurs sabots.

Quand la soirée approche les groupes de musique envahissent les patios, tonnelles, cafés, escaliers, places et coins de rue, les touristes se mettent à danser la salsa, la rumba, avec ce déhanchement sensuel. C’est un vrai bonheur que de les regarder ou de se faire entrainer par un cubain qui est si fier de vous le faire partager.

Comme dans tous les pays du monde, ils jouent pour les passants. les rythmes sont doux, ils vibrent  au son du Buena Vista Social Club et du mambo de Benny More. "Hasta siempre  Che Guevara"  est joué autant pour eux que pour nous. Dans les écoles de musique ou maison de la culture nous avons écouté des groupes exceptionnels.   Cuba, terre fondatrice de la salsa ! les corps résonne encore au rythme de la clave.    Parfois un petit groupe de musiciens se rassemble sur une place, dans une rue ou le long de la grève. Quelques uns d’abord, puis de nouveaux se mêlent avec un nouvel instrument. Avec à chaque fois ce sourire, ce naturel désarmant de pouvoir s'exprimer par la musique.Comme dans tous les pays du monde, ils jouent pour les passants. les rythmes sont doux, ils vibrent  au son du Buena Vista Social Club et du mambo de Benny More. "Hasta siempre  Che Guevara"  est joué autant pour eux que pour nous. Dans les écoles de musique ou maison de la culture nous avons écouté des groupes exceptionnels.   Cuba, terre fondatrice de la salsa ! les corps résonne encore au rythme de la clave.    Parfois un petit groupe de musiciens se rassemble sur une place, dans une rue ou le long de la grève. Quelques uns d’abord, puis de nouveaux se mêlent avec un nouvel instrument. Avec à chaque fois ce sourire, ce naturel désarmant de pouvoir s'exprimer par la musique.
Comme dans tous les pays du monde, ils jouent pour les passants. les rythmes sont doux, ils vibrent  au son du Buena Vista Social Club et du mambo de Benny More. "Hasta siempre  Che Guevara"  est joué autant pour eux que pour nous. Dans les écoles de musique ou maison de la culture nous avons écouté des groupes exceptionnels.   Cuba, terre fondatrice de la salsa ! les corps résonne encore au rythme de la clave.    Parfois un petit groupe de musiciens se rassemble sur une place, dans une rue ou le long de la grève. Quelques uns d’abord, puis de nouveaux se mêlent avec un nouvel instrument. Avec à chaque fois ce sourire, ce naturel désarmant de pouvoir s'exprimer par la musique.Comme dans tous les pays du monde, ils jouent pour les passants. les rythmes sont doux, ils vibrent  au son du Buena Vista Social Club et du mambo de Benny More. "Hasta siempre  Che Guevara"  est joué autant pour eux que pour nous. Dans les écoles de musique ou maison de la culture nous avons écouté des groupes exceptionnels.   Cuba, terre fondatrice de la salsa ! les corps résonne encore au rythme de la clave.    Parfois un petit groupe de musiciens se rassemble sur une place, dans une rue ou le long de la grève. Quelques uns d’abord, puis de nouveaux se mêlent avec un nouvel instrument. Avec à chaque fois ce sourire, ce naturel désarmant de pouvoir s'exprimer par la musique.
Comme dans tous les pays du monde, ils jouent pour les passants. les rythmes sont doux, ils vibrent  au son du Buena Vista Social Club et du mambo de Benny More. "Hasta siempre  Che Guevara"  est joué autant pour eux que pour nous. Dans les écoles de musique ou maison de la culture nous avons écouté des groupes exceptionnels.   Cuba, terre fondatrice de la salsa ! les corps résonne encore au rythme de la clave.    Parfois un petit groupe de musiciens se rassemble sur une place, dans une rue ou le long de la grève. Quelques uns d’abord, puis de nouveaux se mêlent avec un nouvel instrument. Avec à chaque fois ce sourire, ce naturel désarmant de pouvoir s'exprimer par la musique.Comme dans tous les pays du monde, ils jouent pour les passants. les rythmes sont doux, ils vibrent  au son du Buena Vista Social Club et du mambo de Benny More. "Hasta siempre  Che Guevara"  est joué autant pour eux que pour nous. Dans les écoles de musique ou maison de la culture nous avons écouté des groupes exceptionnels.   Cuba, terre fondatrice de la salsa ! les corps résonne encore au rythme de la clave.    Parfois un petit groupe de musiciens se rassemble sur une place, dans une rue ou le long de la grève. Quelques uns d’abord, puis de nouveaux se mêlent avec un nouvel instrument. Avec à chaque fois ce sourire, ce naturel désarmant de pouvoir s'exprimer par la musique.

Comme dans tous les pays du monde, ils jouent pour les passants. les rythmes sont doux, ils vibrent au son du Buena Vista Social Club et du mambo de Benny More. "Hasta siempre Che Guevara" est joué autant pour eux que pour nous. Dans les écoles de musique ou maison de la culture nous avons écouté des groupes exceptionnels. Cuba, terre fondatrice de la salsa ! les corps résonne encore au rythme de la clave. Parfois un petit groupe de musiciens se rassemble sur une place, dans une rue ou le long de la grève. Quelques uns d’abord, puis de nouveaux se mêlent avec un nouvel instrument. Avec à chaque fois ce sourire, ce naturel désarmant de pouvoir s'exprimer par la musique.

Nous avons beaucoup de chance, il n'y a pas grand monde à Trinidad aujourd'hui et nous avons le sentiment que ces lieux ont été uniquement pour nous, des privilégiés.

Repost 0
Published by Beauchene
commenter cet article

Le Projet

  • : Le blog des Beauchene sur Sea Lance. Didier et Chantal.
  • Le blog des Beauchene sur Sea Lance. Didier et Chantal.
  • : Voyages en bateau autour du monde:
  • Contact

Recherche