Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 novembre 2010 6 13 /11 /novembre /2010 22:12

Opéra de Sidney

                                              Opéra de Sidney

GetInline-copie-1

brisbane(2)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je viens d’assez longuement hésiter à continuer d’écrire sur le blog car parfois le doute me prends: n’est ce pas finalement indécent de se raconter au vu et au su de tous, mais, bon, je regrette tellement de n’avoir pas la chance de lire des écrits de mes parents et leur vécu que peut être ces quelques lignes feront plaisir à mes enfants au moins???  

 

Après avoir passé un bon mois à Nouméa à partager la vie locale avec les amis ancrés là depuis..C’est avec un plaisir non dissimulé que Sea Lance a repris la mer direction Brisbane (Australie) pour une dernière traversée  avant la fin de l’année 2010. Traversée « bouillonnante » dans une mer bien forte avec de magnifiques surf à 12 nœuds, la navigation pour ces 810 miles fut mené en 107 heures : qui prétend que les catamarans sont plus rapides que les monocoques ???

Petite mais très importante information pour les navigateurs qui arriveront par là: dans son livre « routes de grande croisière » Jimmy Cornell donne un point d’atterrissage au Sud Est de l’île Moreton (WP742=27°20’ S /153°30 E): cette passe est réellement à déconseiller par mauvais temps et dangereuse, avec en plus peu d’eau. Il est bien préférable de passer par le nord de l’île Moreton 26°56’19 S/153°20’6, ceci ne rallonge pas, est bien balisé alors pourquoi se priver d’un peu de tranquillité à l’atterrissage…….

Dés l’arrivée la douane, la quarantaine est là à nous accueillir avec beaucoup de gentillesse et de professionnalisme, sans exagérer leur mission, alors que les rumeurs de pontons à Nouméa décrivaient la douane comme une terrible horreur ; il est donc juste de franchement rectifier les médisances et de bien réhabiliter le très bon accueil de ces professionnels qui font avec compréhension et précision leur travail : tous ces contrôles n’ont même pas duré une heure !!!Qui dit mieux ?? 

Sea Lance va maintenant durant 2 semaines descendre doucement de mouillage en mouillage, derrière la barre de corail pour rejoindre « meridienmarina » où il sera nettoyé, pour pouvoir le retrouver vite vite début mars, en pleine santé pour de belles et nouvelles navigations : le projet suivant étant de se diriger doucement vers l’Indonésie, (via un petit crochet vers les Louisiade (Papouasie, Nouvelle guinée) puis la Malaisie et la Thaïlande. Là je crois qu’il y aura bien 2 saisons à y rester avec tous les pays environnant à visiter……

Allez, je vous souhaite donc de très bonnes et belles fêtes de fin d’année pendant que je vais quitter pour quelque mois mon bateau (sniff) mais retrouver avec joie enfants, petits enfants, amis et bonnes rigolades bien sur sans oublier les bonnes bouffes ..Parisiennes …et rhétaises !!!!!!

A la prochaine news en 2011…..

Didier

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2010 2 09 /11 /novembre /2010 07:31

Après un mois à Nouméa où Didier a profité des plaisirs terrestres, des copains adorables, du cinéma, du théâtre, de la musique et de la vie à quai.... il a enfin repris la mer qui lui manquait. Didier  (Didier M, qui avait fait la traversée du Vénézuela en Colombie ) est venu retrouver notre capt'aine pour traverser sur l'Australie où il hivernera le bateau.

Le salon Nautique de Paris en Décembre l'appele et surtout ses enfants.

"Nous sommes partis le dimanche 7 novembre à 5H30 du matin (heure Locale)
La distance est de 790 NM et nous pensons arriver jeudi en fin de matinée à la passe. après il restera  une trentaine de mn à remonter jusqu'au quai de quarantaine de Rivergate Marina de Brisbane. Belle traversée ! " Didier

2010.jpg

 

 

 

Jeudi    Sea Lance est en Australie!!!!


Brisbane 16H15 atteint en 107 heures et 810 Nm parcourus/27°26/153°06 E
Nous sommes allée au quai de quarantaine et en moins d’une heure tous les papiers étaient faits, tous les produits frais comme la viande (même sous cellophane), certains fromages (un camembert de chèvre), les légumes frais… il nous ont tout laissé, et touché à aucune conserves! rien de bien anormal, au contraire, très courtois et pas inquisiteur: comme quoi, il faut se méfier des bruits de ponton concernant Brisbane! Et l’Australie !
Nous avons pu avoir une place dans la petite marina, mais là il n’y a vraiment rien de rien à faire sinon se coucher tôt et récupère. Demain est un autre jour!
Voila les douaniers ont été très étonnes de notre rapidité de navigation, nous aussi!!
CELA FAIT TOUT DROLE D ARRIVER DANS UNE RIVIERE TRES TRES INDUSTRIALISEE AVEC DES CARGOS PARTOUT!!!! Après une bonne nuit réparatrice nous allons partir en goguette faire quelques achats de bouffe avant de repartir naviguer doucement derrière la barrière de corail de mouillage en mouillage pour rejoindre "meridienmarina » plus au sud ou je sortirai Sea Lance de l’eau avant le retour en France

Coté visite dans cette traversée, nous avons vu deux cargos dont un contact vhf sur route de collision et un voilier à notre bâbord à environ 3 milles de nous qui se dirige vers Brisbane
Pour les contacts radio j’ai tous les jours Pata…. ce qui est fort sympa, un petit mail de Caram.. qui trouve que je vais aussi vite qu’un cata ! Et les autres .. et puis le groupe  entrainé par  Camina…. A 18 Heure=26.36 S/155.20 E

Didier

 

Mercredi  Actuellement il est 13h30 Pm  et il nous reste 144 Nm pour la passe ;vitesse entre 7.5 et 8.5 avec un vent de 20/22 Nd et une mer toujours assez agitée. On a bien foncé!!! Didier

 

Mardi J’ai bien reçu ce matin le petit message iridium, veinarde que vas tu voir au théâtre?? Oui la mer est encore agitée mais les derniers 24 heures nous avons encore  fait 195 Nm. Ce matin à 8h30 nous sommes à 195 Nm de l'approche de Brisbane, sacrée performance quand même depuis le depart!!25°54 S /156°45 E  . Didier

 

Lundi "heureusement que la mer devait se calmer parce que .... Qu’est ce que ce serait!!! Toujours aussi forte, le vent assez constant encore 25/28 Nd avec des rafales à 32/35 et on avance toujours aussi bien : à 17 Heures /25°03  et /158°45.on est maintenant à 314 Nm de l'approche de Brisbane (après il restera environ 30 miles). Tout roule (c'est le cas de le dire)"? Didier

 

Dimanche soir " partis depuis 36 heures maintenant 275 milles parcourus: 23°54 S /161°48 E  mer effectivement très formée et désordonnée: une bonne lessiveuse!!!!, vent 23/28 Nd E /SE
Tous va bien, l'amarinage a été un peu dur mais petit à petit cela rentre dans l ordre. Pour la bouffe : c'est vraiment pas ça !!! Enfin on fait avec, nous ne sommes pas de bons cuisiniers !" Didier

 

 

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2010 3 15 /09 /septembre /2010 04:25

 

Ambrym danse crevetteJPG

Oyester Baie, merveilleux mouillage, dont j'ai déjà commencé à vous parle est un vrai trésor de surprise : il y a d'abord deux rivières qu’il faut remonter en dinghy pour aller se baigner dans un grand trou bleu pale d'eau douce, un régal absolue, mais ce mouillage c'est aussi un soir la chance d'assister à un concert de « watermusic » :une quinzaine de femmes de  l'île de Gaua  (dans les Banks plus au nord) sont venues faire de la musique  en tapant avec leurs bras, leurs coudes et leurs mains dans  l'eau jusqu au niveau de la taille, ceci  étant très spectaculaire. Et puis, à Oyester baie, il y a aussi un charmant resort , avec un chapiteau de cirque où, chaque vendredi le propriétaire donne des cours de gym, équilibre et cirque à la population locale ainsi qu à tous ceux  qui le désirent !!! Il vous apprendra très vite comment marcher sur vos mains, faire de l'équilibre sur une chaise ou même  du trapèze…jongler... ! La navigation suivante mènera ,avec un fort vent de face à Ambae .C'est en arrivant là bas que nous constaterons que 3 torons d’ un hauban bâbord  sont  cassés…. Le gréement avait été entièrement révisé et vérifié en Nouvelle Zélande il y a 7 mois !Il va falloir composer  et sécuriser ce bazar pour ne pas prendre le mat sur la tête …jusqu en Nouvelle Calédonie pour réparer définitivement.

Pentecoste. Livres de l'assoss Veo de NZ

Apres avoir assiste a un déchargement spectaculaire d un bateau local flottant par on ne sait quel miracle…direction l île  de Pentecoste, où il faut aller porter un carton de livres scolaire  à l ‘école secondaire ; hélas les enfa nts sont en vacances pour 8 jours c'est donc au professeur d ‘anglais, sortant de sa sièste, que le paquet  sera remis . Pentecoste  est ess entiellement connue pour "le Saut du Gaul", l’un des rituels des plus spectaculaire et dangereux du Pacifique.  A l’ époque de la maturité des ignames (avril/mai), période où les lianes ont atteint leur maximum de solidité, les hommes des lieux effectuent ce saut en mémoire de « Talmalie » victime de la ruse de sa femme ,mais aussi pour assurer une bonne récolte d’ignames l’année suivante. D’après la coutume, les hommes fécondent la terre en touchant le sol de leurs épaules. Ancêtre du saut à l ‘élastique, le premier saut fut celui de la femme de Tamalie qui refusant de consommer le mariage ,fut poursuivie par son mari.Voulant lui échapper, elle mon ta au sommet d’ un  banian ,puis se jeta dans le vide au moment ou son mari allait l’ attraper. Tamalie la suivit ,mais se tua dans sa chute, alors qu’elle, les deux pieds attachés à des lianes, se releva sans mal . Tous les ans ,pour cette coutume réservé aux hommes de Bunlap, ils construisent autouPentecoste Saut du Gaulr d un grand arbre élagué une immense tour de lianes et de bois pouvant atteindre 35 mètres de haut….N'étant pas à la bonne époque pour le fameux saut ,des adorables enfants, montrant le chemin d'une belle cascade, s’ébattront sous la chute et donneront un concert privée d‘imitation de chants d'oiseaux !

Comme l’ écrit Le  Clezio dans son vraiment  merveilleux livre « RAGA » (au Seuil) ( à ne pas rater) ,qui est aussi le nom de l’île de  Pentecote, il n’y pas en ces lieux   de volcan à proprement parler ; une légende explique pourquoi les volcans sont présents à Ambrym (notre prochaine escale), et absents de Raga. Il y a très longtemps ,deux vieillards irascibles habitaient chacun d ‘un coté du détroit. Un jour, le vieillard de Raga lança un tison enflammé à son rival : "tiens , ainsi tu n ‘auras plus jamais froid" L’autre, en réponse, lacha une fumée vivante sur Raga : "tiens pour te tenir compagnie la nuit !" Depuis ce temps, les volcans brûlent à Ambrym, et les moustiques harcèlent les habitants de Raga.  

 

  

L'île d’Ambrym, avec ses deux volcans constamment actifs, est avant tout « l'île noire » à cause de ses cendres volcaniques et à la magie noire empreinte de mystère. Dans les villages les coutumes anciennes revêtent une part importante de la vie de tous les jours. Nous y arriverons exactement à temps pour  son  festival d'art traditionnel : ici au Vanuatu comme dans plein d'îles du Pacifique, la colonisation et (leurs missionnaires) leur a apporté l'éducation, la religion, le respect de l'autre... mais aussi leur a interdit les pratiques ancestrales , les coutumes, les célébrations, leurs croyances, la mémoire de leur société ,de leurs traditions... Aujourd'hui, 30 ans après l'indépendanc e, ils recherchent a réaffirmer leurs racines ( mais bien plus que l'on ne pourrait y penser). Ces festivals servent à transmettre aux futures générations la tradition, à faire accepter qui ils sont, à être fier de leur culture et à vouloir la communiquer même avec beaucoup tabous, (Ambrym Didier et ses Maîtres 2tout cela en harmonie avec la société mondiale qui évolue). Ici bien peu  de nos biens de consommation. Très peu d'électricité (par des panneaux solaires) des fours avec des pierres de lave que  l'on chauffe en guise de résistance, pas de radio, pas ou peu d'hôpitaux (une infirmière, pas de dentiste), des habitations en petit groupe un peu comme des huttes du temps des gaulois, certaines avec un peu de tôles ondulées, des toits de feuilles de palmiers...des pièces communes où l'on dort  sur des nattes. La communauté dans les villages est une chose importante, on partage tout (ou presque …).

Alors comme il me restait une batterie 12 volt je l ai  offerte au chef du village qui nous recevait, un pot Canadien a donné les câbles électriques pour relier aux panneaux solaires, nous avons offert de vieux bouts pour attacher les vaches, aidé un vieux chef de village Johnson à vendre  son pain aux autres bateaux ( il y en avait une 20 ene)

Ambrym danse de présentation des masquesCe festival a 8 ans et commence à être bien apprécié et connu des navigateurs. Et puis les choses se faisant, les échanges de parole, d'écoute, de questions, de conseil.... ,je me suis permis de demander a « Joachim » comment ils portaient et installaient l'étui pénien ou nambas (costume durant leurs danses). Ce dernier, voulant me remercier de la batterie me proposa de danser avec eux le lendemain habillé traditionnellement comme eux (c'est à dire presque nu). Cette proposition est un immense honneur, tout particulièrement  pour la danse du « ROM ». C'est la danse la plus impressionnante, suivie d'un sacrifice de cochons en offrande. Les magnifiques masques fabriqués pour cette occasion sont immédiatement détruits pour que les esprits ne puissent pas hanter les danseurs (heureusement…) C'est donc avec un très réel honneur qu’ il m'ont admis « dans la maison des hommes » (interdit et tabou aux femmes) d ‘y revêtir l'étui pénien puis d'avoir reçu, en offrande, par les autres chefs, des feuilles odorantes, décoratives autour de la ceinture, des pigments, écorces et liens : chaque feuille étant ,normalement payé au chef. Mais, dans le respect de leurs traditions et afin de ne pas aborder des sujets tabous je ne vous dirai pas plus sur « cette maison des hommes » !Après que  Johakim m'ai  proposé d'être initié à la danse d'ouverture du festival, dès les premières danses, me voici donc au milieu des indigènes ( on imagine le spectacle). D’ un tel  honneur, personne ne s'en est offusqué car c'était la décision des chefs, quelques filles locales ont bien gloussé, quelques touristes un peu jaloux  ont râlé pour leurs photos mais auraient il osés ??. Ce qui était extraordinaire est d ‘avoir pu  partager cette journée qui sera vraiment un moment inoubliable de partage et de communion avec eux  pour moi. A la fin de la journée ils m'on remercié de les avoir honorés, c'est le monde à l'envers, et offert une sculpture faite par eux, sur cette île.

Nous repartons, prudemment vers Port Villa, pour un bon ravitaillement (le réAmbae bateau inter îlesfrigérateur est vide, voir ce qui est possible  pour consolider  le hauban jusqu'en Nouvelle Calédonie (ou je le changerai). Nous naviguerons avec les bastaques et des drisses pour solidifier le mat (par petit temps c'est OK mais par gros temps il faudra faire le dos rond….De plus le moteur fait qu elques caprice du genre :je ne veux plus démarrer quand je suis chaud !Alors ,après réflexions ,interrogations …j'ai change le filtre de gasoil (contenant à ma grande surprise des traces de bactéries) et bien sur un peu d ‘eau ; tout semble de ce coté retrouver son énergie passée :vive la brise pigeot !Pour ce qui est du gréement  il faudra quitter les lieux avec une météo clémente ,ce qui fut fait :la traversée jusqu’ a la Nouvelle Caledonie fut « délicieuse et sans soucis !

Notre bierre

 

Voilà de retour à la société de consommation cela me permets tout de même de vous donner les dernières nouvelles avant de repartir dans …quelques temps vers l Australie !

A bientôt donc

Didier

 

La Bierre fabrication bateau

Partager cet article
Repost0
15 août 2010 7 15 /08 /août /2010 07:22

 Notre position 

bateau de ligne 

   CROISIERE DANS LES VANUATU  

   (par Didier)

Parti de Port Vila (la capitale) après un sérieux     ravitaillement  la première escale n’a pas été loin.:   Havannah. Cela nous a permis de contourner la pointe de l’ile réputée pour  être agitée; un gros clapot dans tous les sens, un courant important en sens inverse du vent et de la marrée, des vagues inattendues par leurs tailles, leurs forces et leur effets de surprises et une mer très inconfortable nous a  bien secoué. La soirée se passera dans un mouillage paisible, loin du tumulte de ses dernières journées ou le pays fêtait le 30 eme anniversaire de son indépen dance: pétards, feux d’artifices nombreux et répétitifs (et vous savez combien je déteste..mauvais souvenir d’Amazone!), musique pendant 3 jours jusqu’ à  6 heures du matin, danses …etc  en un mot :l a fête  avec toute sa joie et sa bonhommie!

Lendemain, direction l’île de Epi, 65 milles fait très rapidement avec une belle brise de 20 /25 nœuds portante . Il nous faudra à peine 8 heures pour rejoindre le très joli mouillage de Lamen Bay. L’eau y est très transparente sur un fond de sable noir  (couleur de la lave…), le mouillage y est excellent. A peine la tête sous l’eau en dessous du bateau , deux très grosses tortues passent paisiblement à quatre mètres de nous. Autre particularité de cette baie, c’est le domaine des « DUGONGS » gros mammifère marin, appelés aussi « veau de mer » c’est une sorte de Lamentin de couleur claire, ils sont d’une totale passivité, se baladent tout doucement un peu comme les paresseux de la classe, à tel point qu’ il faut être attentif avec les annexes pour ne pas risquer de les heurter avec les moteurs!

Il y a plusieurs villages  l’un avec une école ou l’on apprend le Français et une autre ou l’on apprend l’anglais (reste de colonisation!) La chose est commune dans ces îles où les deux cultures sont enseignées et les deux langues parlées, les parents généralement font le choix d’avoir des enfants dans les écoles anglaises et dans les écoles française, empruntes de la colonisation…Sur la plage un gîte « restaurant » à qui nous confirons une grosse caisse pleine de livres scolaires destinés a l’île voisine de Puama. Un des professeurs en prendra possession ce weekend  car il viennent de l’île de Puama pour participer à une course de pirogue!.Il y a deux caisses comme cela à bord de Sea Lance pleine de bouquins pour des écoles; c’est une jeune femme de New Zélande, Rowena Baines qui a crée ce projet via l’association VEO: les livres sont collDes fruits et un sourireectés via toute la New Zélande et transportés par les « yachtes » dans les iles spécifiées aux départ. Nous avons  chargée ces caisses depuis Opua : n’est-ce pas une belle idée?  Cette associacion a été crée depuis maintenant 3 ans ,c est plus de 100 caisses qui ont ainsi étés offertes dans des endroits isolés et sans ressources! Moyen merveilleux de rencontrer la population locale, les enfants, les instits, les chefs de village …je vous raconterai la prochaine école..

Lendemain direction Malakula Island sud , au milieu du corail ULIVEO Island  est perdue au milieu du corail (il faut un peu zigzaguer entre les patates pour accéder au mouillage, mieux vaut ne pas renter ici de nuit!!.Là le village est encore plus isolé et dans un dépouillement comme je n’aurais pas imaginé; nous sommes vraiment 200 ou 300ans dans le passé. Ici tous semblent heureux, ils mangent le manioque, le tarro, les bananes plantin (mélangé en « laplap ») et tout ce qui pousse (facilement vu l’humidité ambiante), les vaches cochons chèvres … sont excellents, les chauves souris délicieuses (oui oui ) Ils vivent de troc et vous réveillent au petit matin pour vous proposer des langoustes, qu’ ils vendent pour acheter les nécessités de base mais surtout( payer la scolarité des nombreux enfants; Si vous leur offrez un paquet de riz ,des piles pour leurs lampes (et pêcher la nuit les langoustes sur le montant du corail),des fournitures scolaires, un vieux short, des hameçons et du fil de pèche alors vous ferez des heureux!

Direction Port Sandwich: ce mouillage très bien abrité a mauvaise réputation car il est encore vivement déconseillé de s’y baigner en raison des requins tigres qui auraient régulièrement attaqués les nageurs. Nous nettoierons la carène du bateau dans un autre lieu peut être! J’apprendrai, par la suite qu’il y avait ici un petit abattoir, fermé depuis peu, rejetant le sang et des abats dans la mer …alors on s est quand même baigne !

Nous avons la chance d’arriver en pleines festivités: c’est le premier  festival  du 2 au 5 aout fêtant le :::anniversaire de l’arrivée du capitaine Cook dans cette baie. A l’époque, écrivait Cook, un millier de guerriers regardaient arriver l’homme blanc comme un esprit!.

Il faut savoir que les anciens organisent cette manifestation uniquement dans le but de perpétrer et transmettre les traditions aux plus jeunes. Leur grande crainte est que les nouvelles générations négligent et oublient  par trop de modernisme, leurs valeurs . Ayant posé la question à de nombreux parents, cette motivation revient toujours, et ils ne font pas cela pour « le touriste » ou de l argent! Pourvu que cela dure!!!!!! 

  

Afin de attente du Capt'aine Cookfêter dignement cette commémoration, l’ami Michel, avec son voilier « Soupes8pipe s » (cela ne s invente pas!),un Damien II est donc arrivé toutes voiles d ehors jusqu’ au ras de la plage puis a débarqué, habillé avec la veste galonnée traditionnelle, le sabre (prête par les  autochtones)  et  son chien qu’ il a mimé d’offrir au chef comme l’avait fait  le commandant Cook offrant deux gros chiens loup à l’époque!!!

Il faut que vous imaginiez cette scène ,car les locaux attendaient sur la plage le débarquement habillés (ou plutôt déshabillés) en costume local ,cul nu, la lance dans une main ou le casse tête dans l’autre !! spectaculaire et surtout vécu avec une énor me sincérité et bonhommie de toute part!

Je profitais de ces festivités pour offrir a la communauté, via le chef Fabrice, en respectant leurs règles et leurs structures coutumières, une batterie (que j avais stocké à bord lors de leurs remplacement en N.Z.)
Le soir de la clôture de leurs commémoration, en guise de remerciement l
e chef m’a offert très solennellement son casse tète personnel qui m’assura-Capt'aine Cookt-il avait certainement tué plus d’une centaine de cochons et autres vaches et chèvres…la scène avait une telle intensité que vous n’imaginez pas l’émotion que j’ai pu ressentir. Afin de partir en les saluant au son de la corne, ils m’ont aussi offert  une conque que le sculpteur du village à percé à l’endroit ad hoc !!!!

 

Apres ce passage inoubliable dans cette baie le mouillage suivant était beaucoup plus sauvage et isolé  derrière un petit ilot de corail . Un viel homme en pirogue est venu tourner autour du bateau me demandant si j’avais une ampoule pour remplacer la sienne qui était éclatée: je lui en ai donné une plus puissante mais il ne savait pas comment la monter, donc petit bricolage de deux fils soudés et le voila reparti heureux en chantant. Le même homme reviendra le lendemain matin apporter pamplemousses, mandarines et bananes! Il est vrai que la population ici n’a que très peu de choses et vie en autarcie mais en plus je ne pense pas avoir rencontré depuis « Antibes » autant de spontanéité , de vrai Dance Port Sandwich joie  et désir timide de rencontre, simplement parler, pas quémander !!!!Une autre pirogue passera le matin, un couple à bord, ils partent à la pèche et repasseront le soir simplement nous saluer,  parler, et nous offrir des fruits!!!!encore l’occasion de parler, d’échanger et de partager un moment tout simple et tout beau avec eux!

 

Etape suivante c’est Port Luganville pour y faire une peu de ravitaillement. le mouillage y est très inconfortable et rouleur, heureusement nous trouverons un abri sur un îlot en face, Aore!

C’est en ces lieux que l’armée américaine s’est débarrassé de tout le matériel de guerre (canons, camions, jeeps, munitions etc.) gisant par 2 mètres de fond prés de la plage…….. À la fin de la seconde guerre mondial : ce lieux est nommé bien sur«  million dollars point!!!! »

Une beaucoup plus belle histoire est celle du paquebot COOLIDGE  (adepte de plongée en bouteille c’est une visite à ne pas manquer.) Ce fabuleux paquebot de luxe réquisitionné pendant la guerre a coulé  en sautant sur une mine, il y avait 5000 personnes à bord et grâce au valeureux capitaine qui choisi d’échouer son unité sur le corail , seul 2 périrent avec lui. C est une magnifique épave de 200 mètres de long gisant entre 30 et 70 mètres de profondeur. Les cales regorgent toujours du matériel, de véhicules de guerre, de munitions, de casques, de fusils qui hantent encore les coursives….

 Bon il faut continuer la route et malgré qu’ il y ai eu un tremblement de terre dans l’île plus sud  de Efaate, ainsi qu’ un tsunami annoncé, nous avons eu la chance de ne rien ressentir! Ces lieux sont quelque peu actifs!!

 De mouillages  en mouillages séparés seulement par quelques dizaines de miles nous arrivons à Oyster baie, considèrée comme un abri cyclonique et bien  tranquille…malheureusement il y a une bonnes vingtaine de bateau (sic), là au mouillage, c est un rallie qui redescend vers la N.Z  fin octobre!!! heureusement ils devraient partir dans 2 jours

  

Les calles du bateau n’étant plus trop pleine, le calme des lieux étant là, c’est l’occasion  de fabriq uer de la bière; Nous avions acheté en N.Z des boites (de la taille d’une conserve) pour fabriquer 20  litres de bière soit même. Avec de l’eau, du sucre et de la levure  en mélangeant le tout dans un jerrican et en laissant fermenter une semaine (il faut attendre impatiemment 4 jours de fermentation puis se sera le remplissage des bouteilles en additionnant encore « un » cuillère de sucre par litre ce qui  fait monter le degré d alcool) et laisser  rep oser  encore une semaine!!!!!et oups à votre Santé! Cette formule est extrêmement  économique  et surtout pratique, évitant de se trimballer des cannettesBierre 2 ou bouteilles dont , en plus, les étiquettes sont souvent porteuses de « cafards » animal à proscrire sur un bateau .La chance veut que, vu les précautions régulièrement prises ainsi que les désinsectisations régulières,  Sea Lance est (pour le moment )totalement dépourvu de ses visiteurs crasseux, seul un petit gecko a habité le bateau quelques jours puis a du disparaître dans les océans! 

Préparation de la bierre

 


J’interromps ici ce  petit récit de croisière afin de mettre quelques news sur le site si une connexion internet se présente!!!assez difficile ici même dans les ressorts de touristes les connections étant très lentes. Pour ce qui est plus de photos il faudra attendre le retour à Nouméa!

Didier.

 


Partager cet article
Repost0
27 juillet 2010 2 27 /07 /juillet /2010 05:22

4X4 Tana

Les Vanuatu : ce nom m’évoquait une terre très inconnue et lointaine, sans richesse artificielle. D’après les amis navigateurs y étant déjà allés ,ces îles se méritent car la mer y est très souvent croisée et forte, de plus, pour en revenir vous devrez tirer des bord dans ce désordre avec des vents généralement entre 20 et 25 nœuds établis !

Ainsi la navigation depuis Lifou (Nouvelle Calédonie) fut agité mais

 

le plaisir de découvrir l ile au sud de Tana est une véritable récompense ou vous serez accueillis par des fruits et legumes offert en signe de bienvenu. L’atterrissage  se fait à Port Resolution se trouvant  sur la cote oppose a la « ville » principale (Lenacal) ou les papiers de douane et immigration doivent être fait :du  village de Port Révolution il faut prendre un 4X4  et vous mettrez la journée, aller , retour, pour y accéder ,après être passe dans des chemins de terre scabreux et défoncés, puis au pied du volcan Yasur ,qui au passage vous saluera par un beau grondement. Petit conseil, prenez avec vous un petit coussin pour protéger votre arrière train des bosses du trajet car vous allez quand même sauter plus de 4 heures (en tout je vous rassure).  Cette  petite découverte vous donne réellement une belle image de ce que sont ces iles ,leur population rigolant tout le temps, faisant des kilomètres à pieds pour une partie de football, ou de se retrouver pour une fête de tribu :circoncision par exemple .Tous les enfants, ici, quelque soit  leur religion, y ont droit et cela donne l occasion d une formidable réunion des tribus ,danses, cochons grillés

Photos-des-textes 2029 eruption volcan yasur

, laplap (chausson de légumes, manioc ,coco taro ..enveloppé dans une feuille de bananier)!Les hommes (seulement) sont conviés à la tradition du »cava »très réputé sur ces îles :il est vrai qu ici le cava est parfumé ,moins terreux qu au Fidji, mais beaucoup plus fort et pourtant il ne va pas vous anesthésier la totalité de la bouche ;cette cérémonie peut durer 2 heures ,dans un presque silence  favorisant la communion des participants, personne ne parle trop fort sinon le chef peut tout annuler  : en résumé une belle concentration dans vos pensées…non je ne délire pas  .Ils vous convient  sans aucune arrière pensée ,vous proposent même de les aider a préparer la fête, râper le taro le manioc devant leurs huttes en   paille :ici pas de télé, pas de radio (même locale) mais de quoi manger ,tout pousse ,de l eau potable, beaucoup de bonheur .Des mon arrivée j ai retrouve ces notions simples et heureuse de vie de l Amazone. Je ne peux que recommander de lire (relire et méditer..) ce merveilleux livre « LE PAPALAGUI » qui vous relatera les étonnants propos de Touiavii ,chef de tribu, sur les hommes blancs….. !Et bien dans ces îles ,il y a encore des tribus ,des hommes ,qui nous regarde comme dans ce livre … ;allez je ne m étends pas sur notre mode de vie "européen" !

Retour aux sources, maquillage avec Didier village P R-copie-1réflexions, recul, véritable motivation d'un tel voyage ?…

L'étape suivante sera l'île de Efate et Port Vila capital des Vanuatu : contraste ahurissant c'est une ville ou l'on trouve « pratiquement tout, et il semble que ce soit bien le seul endroit où il faut faire un vrai ravitaillement car les îles suivantes se promettent « sauvages". Donc cet arrêt  permet de vous envoyer cette petite news car rnous retrouvons Internet et ce que certain appellent « la civilisation » ????…..

Didier

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2010 2 20 /07 /juillet /2010 05:07

 

enfant

Le 20 Juillet. Bon Anniversaire Casimir (avec un peu de retard). Trois ans c'est  très grand et tu nous impressionnes. Nous aurions trop voulu te voir souffler tes bougies en un coup..... Car tu les as certainement soufflées en UN coup …. " trop fort" !!!
Nous n'avons pas pu t'appeler mardi car nous sommes all
és marcher jusqu'au cratère d'un volcan: le Yassur. Nous avons vu les fumerolles cracher en hauteur des flammèches incandescentes, et rouges de feu, nous l'avons entendu gronder avec des bruits de lave qui coulait sous la fumée (cela faisait beaucoup de bruit et c'était impressionnant), des nuages noirs de fumée soufrés  jaillissaient du cratère (et cela sentait fort et un peu mauvais). Souvent nous avons reculé car nous étions impressionnés par ce grand trou b éant vers le centre de la terre d’où trop de force s’en échappe, nous nous sommes sentis tout petits.
Pour aller au Yassur nous avons traversé la for
êt en 4X4 (comme ton camion jaune TIGER), la route était défoncée et nous étions secoués comme des pruniers (Aie Aie Aie nos fesses !) Alors nous sommes arrivés trop tard pour te souhaiter TON ANNIV.
Le lendemain matin nous sommes partis avec Didoune dans le petit village de Port R
ésolution (trop tôt et tu n'étais pas encore rentré de l’école, dommage !). Nous sommes allés préparer une fête pour 4 petits garçons (de 5 à 7 ans) de ce clan. Ils étaient partis en brousse avec les papas et les hommes pendant un mois, tout seuls,   pour vivre dans la brousse et pour apprendre à se débrouiller seuls, faire du feu, trouver à manger, dormir sous les arbres ou dans des cabanes, pour devenir de futurs hommes, solides, résistants, indépendants et débrouillards. Les chefs de la tribu ont commencé par la circoncision, c'est un rite et une coutume obligatoire pour tous les garçons des Vanuatu, ce n'est pas religieux ici. Cette fête c'était pour accueillir les garçons qui revenaient au village et tout le monde était maquillé bien déguisés. Nous avons mangé toute la journée et les hommes sont aussi allé à la cérémonie du KAVA, c’est un peu comme fumer le calumet de là paix chez les indiens. Nous t'enverrons des photos.
Ici  sur le bateau de Didoune tout va bien, il marche bien, aujourd'hui nous avons fais 500 litres d'eau douce car nous n'en n’avions plus (en transformant l’eau de mer en eau douce bonne à boire).
Casimir Chéri nous t'embrassons TRES TRESFORT et te serrons ENCORE PLUS FORT dans nos bras comme nous t'aimons. Je crois que tu as eu beaucoup de chance d'aller voir ta marraine à Aix.
Mousse Mousse et ton Didoune
 
Nous avons repris la mer ce matin en direction de Port Villa sur l'Ile de Efate (160 miles)

 

Marché Lenakel

maquillage avec Didier village P R

yasur 38

 

      __________________________________________________________________

 

De la Baie de Promy (avec un stop sur Lifou) nous sommes partis vers les Vanuatu. Et même si nous avons choisi une bonne météo eh bien ce n’était pas exactement ce que nous avions escompté. Nous sommes au près avec 25 à 30 nœuds de vent dans une mer hachée par des courants forts. Nuages, orages et grains nous tombent dessus, la lune ne viendra que 10 minutes pour nous accompagner et laisser place à une nuit bien noire. Tout pour être inconfortable (même si nous savons optimiser ces allures, si nous savons nous adapter aux mouvements du bateau et ses inconforts, si nous prenons notre mal en patience… ). Nous avons hâte d’arriver et de trouver le calme d’un mouillage abrité. Le long de la côte ouest très verdoyante, nous retrouvons ces ambiances sauvages et naturelles du Pacific, les palmeraies, la mer qui écume sur les récifs et les plages de sable blancs ou noirs. La présence d’un village par ses fumées. L’approche de Port Résolutio

n nous sort un peu des rythmes des quarts et excite nos sens sur l’attention, l’observation et les odeurs. Yassur le volcan nous crache quelques relents de fumées noires ainsi que ses odeurs de souffre. Les nuages sont bloqués au sommet et nous empêche de l’observer aux jumelles. Nous prenons vite le mouillage, rangeons un peu ce bateau salé et pégueux de la traversée pour retrouver le bien être de la vie à bord. Comme le village principal est sur la côte Est, nous allons au village saluer le responsable pour organiser un passage en 4X4, faire les formalités d’entrée. Nous sommes dimanche, les hommes jouent au foot, les femmes sont allongées sur les nattes avec les plus petits et nous font des signes de bienvenue. Les enfants nous entourent, des femmes nous apportent des fruits et des légumes et nous racontent en français et en anglais leur village. Déjà nous sommes invités dans trois jours à participer aux préparatifs et à la journée de cérémonie d’une circoncision de quatre garçons de 5 à 7 ans (Aux Vanuatu toutes les églises sont présentes et la circoncision est un devoir pour tous les garçons avant de devenir homme et n’a rien à voir avec la religion). Nous passons la journée du lendemain à traverser l’île, les enfants arrivent sur nous en criant, ils nous touchent les mains, parlent les quelques mots de français ou d’anglais appris à l’école, les jeunes sont en tenue de foot et marchent d’un village à l’autre (ils peuvent faire 4 heures aller retour simplement pour s’entrainer), les vieux s’approchent pour donner une information ou partager un mot, les femmes sourient beaucoup, sont joyeuses, timides, colorées. Un grand bien être.

Dance

Offrandes

 

________________________________________________________________________________________________________________________

 

La Halte à Nouméa c’est: les retrouvailles des biens de consommation, la vie pratique, la radio française et les batailles politique, les polémiques journalistiques… c’est aussi les grands débats sur le drapeau des indépendantistes Kanak et la venue de Fillon pour le lever du drapeau et les rappels des engagements de tous. C’est aussi les retrouvailles des amis en bateau qui ont fait les mêmes routes que nous, que nous recroisons, retrouvons ou rencontrons (depuis le temps que l’on entendait parler d’eaux !). C’est aussi toutes les merveilleuses adresses que vous nous avez données et vos amis qui nous ont accueillis et que nous avons rencontrés avec plaisir. Une fois encore comme le monde est petit et cela nous étonnera toujours. Alors Nouméa aura été une halte de rencontre avec ses deux entités Kanak et caldoche, avec une végétation endémique incroyable, avec un lagon gigantesque, poissonneux et corallien, avec une vie authentique dans les clans, une vie culturelle riche, des industries et une grande richesse : le nickel. Didier a été invité par Dominique à des répétitions de saxo, Chantal à des cours d’aquarelle, une visite avec Marie Jo des forêts sèches du Ouen Toro. Nous remettons vite pied aux contraintes citadines et avec plaisir. Il y a 200 millions d'années, la Nouvelle-Calédonie faisait partie du Gondwana. Il y a 80 millions d’années, une partie de ce continent s’est fragmentée pour donner naissance notamment à l'Australie et à cette terre privilégiée de Mélanésie qu'est la Nouvelle-Calédonie. La forêt sèche comprend 379 espèces dont 323 sont endémiques. Les arbres sont de taille modeste, le sous bois est dense. Toutes ces plantes sont parfaitement adaptées à la sécheresse. La forêt sèche est un habitat abritant des espèces uniques de vertébrés et d'insectes. Quel impact ont les espèces introduites comme le cerf sur le milieu forestier ? Héritière de la végétation du temps des dinosaures, La flore de Nouvelle-Calédonie est extraordinairement originale.

 

Partager cet article
Repost0
7 juin 2010 1 07 /06 /juin /2010 22:10

Albatros Nz

 

 

Notre position aujourd'hui :

Port Moselle :22°16'711 S et 166°25'753 E
après une traversée de 950 NM en 6 jours et demi!!

 

La navigation vers ou de la  Nouvelle Zélande demande toujours une grande attention et une bonne  analyse météorologique.

 

 

 

C'est donc sur une « petite fenêtre » que le départ fut donné direction Nouvelle Calédonie, juste à la fin d'une dépression afin de profiter de vents portants (au moins au début), mais bien sur le tout accompagné d'une mer agitée; de grosses polaires chaudes, de l'équipement de pays froid: oblige!
La vie est belle, enfin en mer, au large, accompagnés par le balai géant des grands albatros, planant au ras des vagues avec une maîtrise aérodynamique époustouflante, vol fascinant dont on ne se lasse pas.  Les Damiers du Cap , noir et blanc, un peu plus lourds mais qui nous rappèlent la traversée en Antarctique nous suivent aussi.  Après deux très beaux jours, sans avoir pêché hélas po

ur agrémenter le plat quotidien malgré des leurres à faire danser les dorades. Le vent faibli et c'est la brise diesel qui prends le relai: c'est parfait, je me félicite trop de tous ces travaux, révisions, réparations, améliorations faites cette année sur le bateau: le pilote fonctionne à la perfection (enfin),la température commence à monter avec la latitude, les vestes s'ouvrent, les shorts resurgissent !

 

Damier du Cap

Scrogneugneu j'ai parlé trop vite: soudain l'alternateur (neuf) ne charge plus !!!!Mais non, ce  n'est rien que la patte qui le tient qui a cassé, une réparation d'une petite heure et c'est reparti ...pas de panique ...oui mais par contre le lendemain matin, en soulevant le plancher, l'eau de mer en est au ras: nous avons une grosse voie d'eau, vite il faut la trouver: c'est le presse étoupe (là ou passe l'arbre de l'hélice) qui fuit à grande eau; les pompes sont mises en marche, J'avais prévu en cas d'avaries de ce genre deux grosses pompes qui débitent énormément heureusement; là encore, pas de panique et une réparation de fortune sera faite en moins d'une heure, cela devrait  tenir jusqu'au bout (espérons), plus de peur que de mal. N'allez tout de même pas vous imaginer que ces petits incidents sont spécifiques au bateau : chez vous aussi il y a surement une chasse d'eau qui perd de l'eau, mais là c'est votre plombier qui vient...


Puis, comme annoncé ,la bascule de la dépression arrive avec le vent, au début agréable, montant, montant ainsi que la mer qui est devenue forte et c'est avec 40 nœuds de vent que nous arriverons sur « le cailloux » ( appellation locale de la Nouvelle Calédonie seulement je vous rassure) avec trois ris dans la grand voile et la trinquette qui nous fait avancer à 9 Nds au près bon plein (ça c'est du baragouin , ou si  vous préférez de l'amphigouri de marin )


voilà Sea Lance est en territoire français et a retrouvé du camembert!!!!
à bientôt.
Le capt'aine.

 

 

la position sur Google maps: 

 <http://maps.google.fr/maps/ms?ie=UTF8&hl=fr&t=h&msa=0&msid=102466224602338096589.000487604b16cf72212cb&ll=-22.275079,166.447978&spn=0.073866,0.129433&z=13> 
 
Partager cet article
Repost0
28 mai 2010 5 28 /05 /mai /2010 08:46

 

bay of island 025 [800x600](2)

Départ de Opua, en Nouvelle Zélande, nous avons  attendu un temps plus clément pour partir vers la Nouvelle Calédonie. En fait en dessous de 35 degré Sud la météo est un peu précipitée et change si vite que nous sommes un peu déboussolés. Déjà nous nous sommes mis la tête à l’envers par rapport à vous mais en plus les dépressions nous font des « niches », tourment à l’envers et se bousculent les unes derrières les autres. Il faut passer au nord du 30ème degré sud (Nordfolk) pour être plus tranquille. Cette navigation c’est 900 miles, une bonne semaine, reprendre les quarts, les mouvements et lesrythmes du bateau, quelques inconforts des premiers jours et le bonheur d’être en mer.

 

 

Ce n’est pas toujours facile de prendre la décision de partir, les bulletins météos sont parfois surprenants, les nombreux sites internet de météo sont bien fait et il faut les interpréter jusqu’à huit jours ce qui n’est pas si fiable. « trop d’information tue l’information » ‘c’est ce que l’on dit ! Alors faut-il partir avec du mauvais temps, de la mer et du vent au bien faut-il  partir tranquillement  au risque de se prendre une bonne claque avant l’arrivée ? Les options sont compliquées et le capt’aine se tire les cheveux  en ce moment!

 

 

Nous avons attendu quelques bay-of-island-057--800x600--2-.jpgjours dans la baie des Iles, notre grand Golfe du Morbihan, à l’abri des vents et des mers fortes, sous des pluies torrentielles depuis deux semaines non stop. Au programme aller ramasser des pipies (sorte de palourdes), des huitres, des moules et poser les casiers car nous avons repéré une sorte de langouste gigantesque que nous aurions bien  aimé goûter (nous n’en avons pas pris dans les casiers!). En attendant ce départ nous avons encore bricolé. Le moteur du pilote automatique ( qui nous embête depuis pas mal de mois)était oxydé et à nouveau en panne alors nous avons décidé d’en acheter un neuf. Le cumulus de 17 ans vient de se mettre à fuir (nous trouvions de l’eau douce dans les petits fonds) nous l’avons changé, c’est un régal et les douches chaudes sans eaux marronnasses rouillées, trop bonnes !  Les batteries commençaient à avoir de l’âge, nous sommes passés aux batteries 2 voltes en série (pour faire 12 voltes), c’est une plus grande autonomie, de la longévité, de la souplesse , de la résistance  et pas d’entretient. C’est bien d’être dans les pays où il y a de  la marchandise, de la compétence et un dollar peu cher. Nous allons repartir à neuf.

Nous espérons que le printemps va enfin arriver,  que le soleil va vous réchauffer, que vos jardins vont enfin s’épanouir et se fleurir,  que les vides greniers vont vous embarrasser un peu olus, que vos parents vont bien, que l’été va vous apporter voyages, fêtes, mariages, naissances….santé.

  Chantal

Partager cet article
Repost0
9 mai 2010 7 09 /05 /mai /2010 06:58

Un grand changement cette année. Pour simplifier notre communication, nous allons essayer de vous donner des nouvelles avec ce blog. http:sealance.over-blog.com

Nous y mettrons des petites news plus régulièrement, des photos et notre position avec Google Earth (bientôt).

 

Une fois par an nous remettrons le précédent site à jour , avec François, mais il nous faut  de bonnes connexions, rapides et un  branchement filaire efficace, ce qui est rarement notre cas. Le site restera toujours http://sealance.free.fr. Vous pouvez le consulter car il y a le reste de notre voyage, les escales précédentes, des rencontres, des photos, des adresses, des bons ou mauvais plans et quelques unes de nos expériences.

 

Merci de vos critiques, elles sont les bienvenues, donnez nous vos idées pour nous faire évoluer, faire avance ce blog et le bonifier. Nous  mettrons ensuite en application vos bonnes idées (si nous y arrivons ; en ce moment nous ramons sur les cartes Google). 

Didier et Chantal

 

Pour voir notre position cliquer sur le lien suivant: 

 <http://maps.google.fr/maps/ms?ie=UTF8&hl=fr&msa=0&msid=102466224602338096589.000487604b16cf72212cb&ll=-36.841722,174.76171&spn=0.004276,0.00809&t=h&z=17> 

Programme2010; http://maps.google.fr/maps/ms?ie=UTF8&hl=fr&msa=0&msid=116791421729078427990.0004873e14cd6d2778ff3&ll=-18.979026,160.3125&spn=74.969325,126.035156&t=h&z=3>

Partager cet article
Repost0
9 mai 2010 7 09 /05 /mai /2010 05:48


Auckland avec la tour

 

 

 

Opua, Nouvelle Zélande. 

 

Douane à faire pour notre sortie du territoire et attente d’une bonne météo pour partir.

 

« Bonjour, comment allez vous ce matin ?» c’est ainsi que vous serez toujours accueilli en Nouvelle Zélande, même par la caissière d’un super marché. 

 

 

Pays des contrastes où la nature règne. C’est 47 millions de moutons pour 4 millions d’habitants, c’est le chétif kiwi,ce petit oiseau qui ne peut  pas voler (emblème atypique mais qui paraît-il représente bien les néo-zélandais, ils en sont si fiers),  c’est cet arbre le  kauri géant (jusqu’à deux fois millénaire), l’otarie à fourrure, le manchot bleu aux sourcils jaunes, à la Didier, le très rare dauphin de Hector assez petit que l’on trouve dans la Baie des Iles. C’est  aussi la préciosité à l’anglaise avec ses porcelaines, ses rideaux plissés à fleurs, l’art du thé , les couverts en métal argenté anglais, son art de la table et ses plates bandes mixtes magnifiques dans les jardins (qui peuvent en faire rêver plus d'une), les greens anglais devant les maisons  sans clôture. Tout cela contraste avec la force,  la corpulence, la rudesse des Maoris, le cri de défit le « Haka » qui encourage, les légendes et les noms propres qui sont toujours d’origine Polynésiens. La culture maorie et anglo-saxonne forme un ensemble cohérent et respectueux des traditions de chacun, on s’y sent trop bien. Nous sommes des cendus jusqu’à 46 degré Sud et ce n’est pas loin de Ushuaia en latitude et bien sud. Nous avons fait 9000 kilomètre en voiture, et en avons eu plein les quinquets. C’est un peuple extrêmement  accueillant, tendre, naturel, tellement serviable, si attachant que 1 la Nouvelle Zélandenous partons avec l’envie d’y revenir un jour. Nous y laissons des rencontres merveilleuses, amusantes, éphémères, internationales. C’est aussi la prestigieuse America’s Cup, les All Black, Abel Tasman…. et le passage de Sea Lance en Nouvelle Zélande. L’arrivée dans la baie de Auckland sous spi et avec les enfants à côté des bateaux  prestigieux de la Coupe de l’América. Nous n’allons pas encore et encore redire que l’émotion des arrivées et des départs, que nous sommes tellement fiers d’être là où nous sommes arrivés, que les quais de gare ou de marina c’est toujours un grand moment, que ceux que l’on a laissé à terre nous manquent, mais c’est quand même vrai.

 

 

 

 

 

La sous matine

Le bateau est prêt, en stand by pour un départ sur la Nouvelle Calédonie. Chargés de cadeaux pour ceux que nous allons retrouver (les Chti, Vive la Vie.. nous ont chargé de pots de Nutella pour les bateaux amis avec et sans enfants car ils n'en trouvent pas là bas.

lessive avec Casimir et Basile

 

 

Nous  attendons une bonne fenêtre météo. Nous sommes entourés de trois dépressions, des vents à 40, 50 nœuds, des vagues en mer de 5 mètres.. alors il faut attendre que les conditions soient un peu plus clémentes. Nous partirons à plusieurs bateaux dès que le temps sera meilleur.

 

 

Alors en Nouvelle Zélande nous avons fait beaucoup de travaux sur le bateau, révision du gréement et des voiles,  mise en place de la trinquette sur enrouleur, achat de matériel et d'écoutes neuves, changement de l’ancre et de la chaine (qui était dégalvanisée), changement des bagues de safran, changement du ploter, ajout d’un Mer Veille (détecteur de radar), vernis, peintures… etc vous savez ce que c’est une escale où l’on trouve de la marchandise cela excite les cartes de crédit qui chauffent. La Nouvelle Zélande en plus du professionnalisme c’est aussi un change monétaire pour nous bien intéressant.

 

aider les pots au chantier

La vie sur un chantier naval, c’est celle d’une véritable micro-société avec ses imprévus  et aussi sesdangers. Les accidents vous rappellent à l’ordre: prudence alors (un bateau de pêche à bloqué durant 8 jours la cale de  mise à l’eau suite à sa chute  de son ber au milieu de  la cale en sortant, pas de bobos physique mais la perte du bateau pour ce pauvre pêcheur). Les bons moments sont les nombreux barbecues organisés autour des bateaux et les rencontres, les moins bons moments : c’est un voisin qui tombe de l’échafaudage de son bateau et termine à l’hôpital  les deux bras fracturés ainsi que les os de la face (sa croisière va être interrompue pour unmoment, sa femme inquiète, le pauvre). Whangarei Elisabeth sur le chantier de Northand

Il y a tous ceux qui attaquent de gros travaux comme la mise à nue de leur bateau,  renforcer la rigidité de la coque, s’équiper d’un chauffage pour descendre vers le grand sud (Horn et Patagonie). La vie sur le chantier c’est dangereux car nous faisons tous les métiers, souvent en hauteur, souvent avec des machines puissantes, souvent avec des poids énormes à porter ou encore des produits toxiques.

 

 

 

 Et puis c’est aussi la mise en place du courrier du Voyageur et libérer JC de la charge de nos papiers à terre et c’est plus facile que ce que nous pouvions croire, nous sommes ravis de la bonne exécution, mais…  maintenant il faut faire la déclaration d’impôt du bateau et par Internet, il suffisait d’oser. Merci Jean Claude de ton aide précieuse pour faire ce grand pas. http://www.courrier-du-voyageur.com

 

Depuis Antibes nous avons fait 21000 miles (depuis l’achat du bateau environ 35000 miles). Cette année nous partons vers la Nouvelle Calédonie (il paraît qu’elle magnétise celui qui s’y colle), les Vanuatu et ses îles sauvages et authentiques, peut être la Papouasie (qui malgré les insectes et moustiques est une terre qui n’a pas été trop perturbée par l’homme). Nous sommes dans des régions aux montagnes énigmatiques, à l’étourdissante beauté des lagons, à ces espaces vierges, à cette part de mystère qui résiste aux interrogations, au métissage des races, aux légendes, aux navigations de jour car les cartographies ne sont pas si fiables.

 

Bon alors prenez vos billets et venez nous y retrouver, ce n’est pas tous les jours que le bateau sera dans ces mers là et c’est un voyage bien différent quand on arrive par la mer. Y retournerons nous?? 

Chantal

Partager cet article
Repost0

Le Projet

  • : Le blog des Beauchene sur Sea Lance. Didier et Chantal.
  • : Voyages en bateau autour du monde:
  • Contact

Recherche